RTBFPasser au contenu

Belges du bout du monde

Au Mexique, gardien maya & berger des mers protègent la nature !

Les Belges du Bout du Monde au Mexique
04 févr. 2022 à 12:004 min
Par Edith Vallée

Les Belges du Bout du Monde mettent le cap sur le Mexique avec Florian Goffin, altermondialiste et permaculteur à Yum Kaax dans le Chiapas, et François Van Sull, activiste et premier officier en mission pour l’ONG Sea Shepherd dans la mer de Cortès, entre la Basse Californie et le Mexique, deux jeunes bien déterminés à protéger mers et nature ! Notre journaliste Anne Pollard nous mettra en contact avec des volontaires participant aux travaux de Yum Kaax et nous fera découvrir sous un autre angle leur mode de vie ressourçant.

Ils ont voulu nous enterrer mais ils ne savaient pas que nous étions des graines, dit le proverbe Mexicain.

Florian Goffin, un jeune bachelier en énergie et environnement devenu Développeur de projets écologiques, sociaux et culturels

Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec Florian Goffin
Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec Florian Goffin © Tous droits réservés

Né à Ottignies Louvain-La-Neuve, Florian Goffin a vécu une partie de son enfance à Mons.

Alors âgé de dix-huit ans, il goûte au voyage en solitaire, il crapahute une année durant en Australie. Formé en commerce, en informatique, en énergie et en environnement, il entame ensuite un tour du monde à vélo durant deux ans, un périple destiné à l’inspirer.

Florian Goffin a découvert le Mexique, à la fin de ce voyage à vélo, lorsqu’il explorait la côte pacifique afin de ressentir où ce projet aurait le sens d’être fait.

Installé à Tapachula depuis 4 ans et demi, il a fondé en 2021, dans le Chiapas, une communauté sensible aux défis écologiques, sociaux et alimentaires de notre société : Proyecto Yum Kaax.

Yum Kaax, le gardien maya en langue locale, est une organisation indépendante à but non lucratif cogérée par la communauté.

Proyecto Yum Kaax – Home | Facebook

Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec Florian Goffin
Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec Florian Goffin
Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec Florian Goffin

La vie quotidienne de Florian Goffin dans sa "conscious community" dans le sud du Mexique

Loading...

Ce projet peut accueillir une centaine de personnes sans problème car l’espace (9 hectares) est très varié, pour camper, construire… En ce moment ils sont une vingtaine mais il n’y a pas vraiment de limite. Depuis un an ils ont reçu environ 80 volontaires et 500 visiteurs.

Parmi ces volontaires, Louis Paquet, Constance Dassonville et d’autres belges sont présents dans le projet eco responsable de Florian. Anne Pollard les a rencontrés.

Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec Florian Goffin
Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec Florian Goffin © Tous droits réservés

François Van Sull, un autre grand voyageur, amoureux de la mer…

Portrait de François Van Sull

Extrait des Belges du Bout du Monde

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

François Van Sull, a découvert en 4e primaire les massacres que subissent certaines espèces des océans, depuis il consacre sa vie à les protéger…

Il a rencontré des volontaires de Sea Shepherd, a lu beaucoup, a appris à naviguer, a acquis plus d’une centaine d’heures de mer et a passé ses permis de navigation de plaisance, d’opérateur radio maritime, il a obtenu un brevet de plongée…

C’est un peu avant ses 18 ans que François a reçu la confirmation qu’il était accepté à bord d’un des navires de l’ONG Sea Shepherd (le berger des mers). Alors simple matelot, il rejoint la mission "Milagro" ("miracle" en espagnol) dans la mer de Cortès, entre la Basse Californie et le Mexique.

Lorsqu’il a rejoint le bateau, il y avait à bord 13 membres d’équipage dont 11 étaient de nationalités différentes. François était le plus jeune et il y avait 50 ans d’écart entre lui et le membre d’équipage le plus âgé. Les connaissances maritimes à bord allaient de personnes qui n’avaient jamais mis les pieds sur un bateau à d’autres comme le capitaine ou le chef mécanicien qui sont certifiés pour travailler sur n’importe quel type de bateau.

Quatre missions et quatre années plus tard, à force d’implication et de détermination, il endosse déjà les responsabilités de premier officier de navire. Son combat quotidien : défendre, protéger et assurer la conservation de toutes les espèces marines.

Sea Shepherd, une organisation pour la défense et la protection des océans

Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec François Van Sull
Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec François Van Sull

Fondée en 1977, Sea Shepherd Conservation Society (SSCS) est une organisation internationale à but non lucratif de conservation de la faune et de la flore marines. Leur mission est de mettre un terme à la destruction des écosystèmes marins et au massacre des espèces dans le but de conserver et de protéger la biodiversité des océans du monde entier.

Pour devenir membre d’équipage, il faut poser sa candidature en se rendant sur le site Sea Sheperd, avoir 18 ans, savoir parler anglais et être passionné par la protection des océans.

Peu de personnes sont payées au sein de Sea Shepherd. Selon François, c’est une bonne chose car cela garantit que les membres d’équipage sont des passionnés et cela permet également d’investir plus dans les actions directes menées par Sea Shepherd. François est donc membre d’équipage du Sharpie, un ancien patrouilleur des garde-côtes américains, de 34 m de long et équipé de deux puissants moteurs diesel lui permettant d’atteindre des vitesses proches de 30 nœuds (un nœud, c’est 1,852 km/h).

Le travail des navires est assez simple. Trouver les filets posés illégalement et les retirer de l’eau pour les détruire et les faire recycler. À bord, François est majoritairement matelot de pont mais il est également quartier-maître (personne qui seconde les officiers lors des quarts à la passerelle. Sur un bateau, la journée est souvent découpée en 6 quarts,- périodes de quatre heures —, par tranche de 24 heures) et pilote du zodiac embarqué à bord. Les journées sont longues mais efficaces. Chaque jour, ce sont plusieurs filets qui sont retirés de l’océan et que les braconniers ne pourront plus utiliser. Cela crée d’ailleurs des tensions. Ils ont en permanence des agents de la marine mexicaine et de la police fédérale armés à leur bord pour leur protection.

Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec François Van Sull
Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec François Van Sull

Ils mettent en place des stratégies novatrices d’action directe pour enquêter, documenter et intervenir si nécessaire afin d’exposer et de combattre les activités illégales de haute mer. En sauvegardant la biodiversité, ils s’efforcent de préserver la survie de nos fragiles écosystèmes marins pour les futures générations.

Le vaquita, cétacé le plus rare au monde, menacé de disparition

Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec François Van Sull
Les Belges du Bout du Monde au Mexique avec François Van Sull - Getty Images

François Van Sull est émerveillé par le Vaquita, une sorte de cétacé avec une tête de panda.

C’est le cétacé le plus menacé de la planète. Ce mammifère ressemble à un dauphin, mais n’en possède pas le "bec" très caractéristique. Gris sur le dos, blanc au niveau du ventre, il possède des taches plus sombres autour des yeux et de la bouche. Ce marsouin du golfe de Californie pourrait disparaître complètement de la planète puisque l’on sait qu’il en reste moins de trente individus.

Le vaquita (Phocoena sinus) vit uniquement dans les eaux chaudes de la mer de Cortés, à l’abri dans le golfe de Californie. Ce petit marsouin, réputé timide et insaisissable, mesure environ 1.50 m et pèse en moyenne 48 kg. On l’observe le plus souvent en couple nageant étroitement avec son ou sa partenaire.

Goûtez au dépaysement proposé par Adrien Joveneau et les Belges du Bout du Monde à 9 heures le dimanche en Radio sur La Première et abonnez-vous au podcast sur Auvio. Retrouvez aussi les histoires et les bons plans de centaines de Belges qui vivent aux quatre coins du monde sur la Carte des Belges du Bout du Monde.

Sur le même sujet

18 févr. 2022 à 13:30
4 min
11 févr. 2022 à 13:30
4 min

Articles recommandés pour vous