RTBFPasser au contenu
Rechercher
Icône représentant un article audio.

Au Festival d’Aix-en-Provence, Raphaël Pichon dirige un Idomeneo japonisant

Carnets d'opéra

Festival Aix-en-Provence

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

07 juil. 2022 à 12:32Temps de lecture6 min
Par Nicolas Blanmont

Tout cet été, Nicolas Blanmont vous propose ses Carnets d’Opéra émis depuis les plus prestigieuses maisons d’opéra européennes. Cette semaine, Nicolas Blanmont est à Aix-en-Provence où se déroule le très prestigieux Festival d’Aix. Il a vu pour nous l’Idomeneo de Mozart proposé par Raphaël Pichon et son ensemble Pygmalion.

Quatre ans après leur mémorable Requiem avec Romeo Castellucci, Raphaël Pichon et son ensemble Pygmalion reviennent au festival d’Aix-en-Provence pour une autre œuvre majeure de Mozart : Idomeneo, le premier des sept grands opéras de sa maturité.

Musicalement, le résultat est splendide, riche en contrastes de tempi et d’intensité, riche en réalisation sonore (pianoforte et violoncelle, mais aussi une contrebasse pour le continuo) et riche en ornementations des solistes. Et quels solistes ! Michael Spyres, plus baryténor que jamais dans le rôle-titre, mais aussi Sabine Devieilhe, somptueuse Ilia, ou Nicole Chevalier, bouillante Elettra.

Côté scénique, on est moins convaincu par la réalisation de Satoshi Miyagi, qui transpose l’action dans le Japon de la fin de la seconde guerre mondiale et qui, surtout, perche les solistes sur des socles de statues sans permettre de véritables interactions entre eux. Avec à la clé quelques très belles images, mais très peu de théâtre.

Une production que vous pourrez écouter sur Musiq3 le samedi 6 août. 

Copyright photo : Festival d’Aix-en-Provence 2022 © Jean-Louis Fernandez

Sur le même sujet

Rareté musicale au Festival d’Innsbruck avec Silla, un opéra au livret signé Frédéric II de Prusse

Le Festival d’opéra de Bregenz, voyage entre Japon et Sibérie

Articles recommandés pour vous