RTBFPasser au contenu

Patrimoine

Au Costa Rica, le mystère des monolithes ronds du Díquis s’éclaircit

Au Costa Rica, le mystère des monolithes ronds du Díquis s’éclaircit

Deux nouveaux monolithes particuliers ont été mis au jour, au Costa Rica. Complètement sphériques, ces pierres taillées très anciennes rejoignent une impressionnante collection de boules du même genre, dont on ne sait pas vraiment quand et pourquoi elles ont été réalisées.

 

Au Costa Rica, on les appelle simplement Las Bolas, les boules. Il n’existe rien de semblable ailleurs dans le monde. Ces intrigantes pierres parfaitement rondes ont été taillées par des mains humaines, quelque part entre 200 avant J.-C. et 1500. Une datation très peu précise, qui pourrait bien être revue grâce à la nouvelle trouvaille.

Il en existe près de 300, de tailles très variées. La plus grande fait 2,57 m de diamètre, et la plus petite à peine 0,7. Mais la majorité ne dépasse pas les 2m. Si on en trouve aujourd’hui dans tout le pays, et même à l’étranger, c’est parce que presque toutes ont été bougées depuis leur découverte dans les années 1930.

À l’origine, l’ensemble des monolithes sphériques, que l’on appelle "pétrosphères" dans le jargon scientifique, se trouvait dans la vallée du Díquis, au sud du pays. Depuis 2014, les sites archéologiques et les monolithes du Díquis sont classés sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

La plupart ont été taillés dans la roche volcanique, à partir de blocs naturellement polis, présentant donc déjà une forme arrondie. Ce qui est surprenant, c’est que les habitants du Díquis ne disposaient pas d’outils de taille en métal. Ces globes parfaits ont été polis avec des objets en pierre, une technique longue et difficile pour obtenir cette forme.

 

 
Axxis10 – wikimedia commons

Découverts par hasard lors de travaux de défrichages dans la jungle, beaucoup de monolithes ont été malmenés. Les ouvriers qui les avaient alors déterrés n’en firent pas grand cas, les repoussant sur le côté, et endommageant certains avec leurs outils.

Dans les décennies qui suivent, en tas d’autres bolas sont découvertes sur quatre sites différents. Elles sont attribuées à une culture précolombienne, qui porte le même nom que la vallée. Le fait qu’elles aient été déplacées complique fortement leur datation, car c’est surtout l’étude des sols dans lesquels elles se trouvent qui permet une analyse par stratification.

Il y a quelques semaines, ce sont donc de nouvelles bolas qui ont été dégagées par une équipe d’archéologues menée par Francisco Corrales Ulloa, ancien directeur du Musée National du Costa Rica. Et pour une fois, les deux sphères trouvées se situent bien à leur emplacement d’origine. On pourra donc bien mieux les dater grâce au carbone 14, et peut-être en savoir plus sur l’origine de ces mystérieux artefacts.
Loading...
Loading...

Sur le même sujet

05 mars 2022 à 14:27
2 min
03 déc. 2021 à 17:00
2 min

Articles recommandés pour vous