RTBFPasser au contenu
Rechercher

Voyages

Au Brésil, le boom des retraites mystiques dans une réserve naturelle

Au Brésil, le boom des retraites mystiques dans une réserve naturelle.
12 juil. 2022 à 08:00Temps de lecture2 min
Par RTBF avec AFP

Les yeux fermés, le corps enduit d’une couche de boue d’argile grisâtre, une dizaine de touristes en maillots de bain tapent des pieds au rythme du tambour au milieu de la végétation luxuriante de la Chapada dos Veadeiros, à 230 km de Brasilia.

Se reconnecter avec la nature au paradis

EVARISTO SA

"C’est l’énergie de la Terre mère !", s’écrie Michelle Ximenes, qui mène ce "rituel chamanique de guérison par l’argile". Souriante dans son ample poncho noir et blanc, elle chante des incantations en frappant sur son tambour décoré de motifs ésotériques. Celle qui se présente comme une "guide spirituelle" est la propriétaire du Temple de l’étincelle divine, installé en pleine nature près d’une petite ville dont le nom est aussi tout un programme : Alto Paraiso (Haut Paradis). Ses retraites spirituelles de désemplissent pas depuis la fin de la pandémie de Covid-19, qui a fait plus de 670.000 morts au Brésil.

Avant, elle en organisait une tous les deux mois. À présent, les stages ont lieu deux fois par mois dans son centre, où les visiteurs ont également droit à des séances de yoga, de méditation et à des danses rituelles la nuit autour d’un feu de camp.

"Les gens sont à la recherche d’une connexion avec le divin après avoir traversé des moments difficiles. C’est une quête du bonheur intérieur", explique-t-elle.

Pour cela, rien de tel que la Chapada dos Veadeiros, réserve naturelle de 240.000 hectares nichée sur un haut plateau à 1200 mètres d’altitude dans l’Etat brésilien de Goias (centre). Le vert émeraude du Cerrado, la savane brésilienne aux arbustes touffus, est barré par une faille rocheuse qui dévoile des piscines naturelles d’eau cristalline et des cascades spectaculaires. "L’énergie de ce lieu est différente. L’atmosphère est vraiment spéciale, on peut travailler notre connexion avec le monde spirituel", dit Juliana Abdala, 34 ans, une des participantes à la retraite.

Du quartz et des extraterrestres !

EVARISTO SA

Zone protégée reconnue par l’Unesco, avec des milliers d’espèces de faune et de flore menacées d’extinction, la Chapada dos Veadeiros a aussi une aura mystique qui fascine les passionnés d’ésotérisme.

Le tournant a eu lieu dans les années 1980, quand une photo prise de l’espace par la Nasa a fait croire à certains que le sous-sol de la région était composé d’une immense plaque de cristal de quartz qui dégagerait des énergies positives. Une croyance battue en brèche depuis par les scientifiques mais encore vivace dans l’imaginaire collectif.

La Chapada est par ailleurs située sur le quatorzième parallèle, le même que les ruines du Machu Picchu, au Pérou, site archéologique également doté d’une immense aura spirituelle.

Certains habitants d’Alto Paraiso disent même avoir vu des extra-terrestres et des commerces de la ville jouent de cette réputation en décorant leurs vitrines de dessins de petits hommes verts.

"Sucer un carré de chocolat noir pendant sept minutes"

Dans un autre centre spirituel, le Paradis des Pandava, nom inspiré de personnages d’une épopée de la mythologie hindoue, Carol Cianni enseigne aux visiteurs la technique de méditation de pleine conscience. Un des exercices : sucer un carré de chocolat noir pendant sept minutes et maintenir une concentration totale pour lutter contre la sensation d’anxiété.

"L’objectif n’est pas juste de savourer le chocolat. Il faut savourer la vie", explique-t-elle. Pendant la pandémie, "beaucoup gens sont restés confinés chez eux et ont constaté qu’ils étaient anxieux. En fait, ils l’étaient déjà mais n’en avaient pas conscience".

Karla Moreno, fonctionnaire de 40 ans qui habite Goiania, à 400 km d’Alto Paraiso, a décidé de faire une retraite spirituelle avec son mari après avoir perdu son père durant la pandémie. "C’est un moment d’introspection, pour me regarder de l’intérieur et apprendre à mieux me connaître", raconte-t-elle.

Sur le même sujet

Profession : grimpeur d'arbres en Amazonie

Biodiversité

Articles recommandés pour vous