RTBFPasser au contenu

Attentats de Paris: Abaaoud prévoyait une nouvelle action à Paris

Point sur l'enquête à Paris

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

24 nov. 2015 à 17:59 - mise à jour 25 nov. 2015 à 07:472 min
Par RTBF

Le Procureur de la République, François Molins a livré de nombreux nouveaux éléments lors d'une conférence de presse tenue ce mardi soir.

Parmi ceux-ci, le fait qu'Abdelhamid Abaaoud, l'instigateur présumé, est revenu sur les lieux alors que la BRI était encore occupée au Bataclan. Il a été vu sur des caméras vidéos de station de métro.

L'implication de sa cousine est par ailleurs confirmée. Elle a eu des contacts avec la Belgique pour trouver un logement pour Abaaoud. Elle était au courant des évènements qui se préparaient. Elle a été retrouvée morte par asphyxie suite à l'explosion du kamikaze.

La filière belge

L'ADN d'Abaaoud a été retrouvé sur plusieurs objets, de même que celui de Salah Abdeslam. Selon une hypothèse, Salah Abdeslam aurait véhiculé les kamikazes. Il est établi qu'il a acheté une carte SIM et a passé plusieurs appels avec la Belgique avec Hamza Attou et Mohamed Amri pour qu'ils viennent le chercher.

La coopération avec la Belgique se poursuit pour repérer Salah Abdeslam et un mandat d'arrêt international a été lancé pour retrouver l'homme qui a été vu avec Salah Abdeslam en voiture.

Le Procureur de la République a aussi expliqué que la ceinture explosive retrouvée à Montrouge est exactement de la même fabrication que les autres (celles utilisées par les kamikazes). Il est fort probable qu'elle ait été abandonnée par Salah Abdeslam. 

Un nouvel attentat programmé à la Défense le 18 ou le 19 novembre

L'organisateur présumé des attentats du 13 novembre à Paris, Abdelhamid Abaaoud, avait prévu de mener une action kamikaze avec un complice la semaine suivante dans le quartier d'affaires de La Défense, qui jouxte la capitale française, selon la justice française.

Le djihadiste belgo-marocain âgé de 28 ans, tué la semaine dernière par les forces de l'ordre, prévoyait de se faire exploser le 18 ou le 19 novembre, a annoncé mardi le procureur de Paris François Molins, ce qui laisse entendre qu'un nouveau carnage a sans doute été évité de justesse.

Abdelhamid Abaaoud a été tué le matin du 18 novembre dans l'assaut de la police française contre un appartement de Saint-Denis, au nord de Paris, dans lequel il était retranché.

Enfin, Jawad Dendaoud, l'homme qui a loué le logement à Saint Denis l'a fait en connaissance de cause selon le Procureur de la République. Il a par ailleurs eu des contacts téléphoniques avec la Belgique.

Les attentats du 13 novembre, les pires jamais perpétrés en France, ont fait 130 morts et 350 blessés à Paris, dans la salle de concerts du Bataclan et à des terrasses de cafés et restaurants, et à Saint-Denis, aux abords du Stade de France.

Articles recommandés pour vous