RTBFPasser au contenu
Rechercher

Belgique

Attentat déjoué contre l'opposition iranienne : les experts confirment la létalité de l'engin explosif

Les accusés Amir Saadouni (G) et Nasimeh Naami lors d'une séance du procès de quatre personnes impliquées dans l'opposition iranienne, accusées d'avoir planifié une attaque terroriste, devant la cour d'appel d'Anvers, le mercredi 17 novembre 2021.
09 déc. 2021 à 18:20Temps de lecture1 min
Par Belga

L'engin explosif que les prévenus comptaient utiliser au meeting du mouvement iranien d'opposition MEK à Villepinte (Paris) en 2018 était de nature à tuer, ont affirmé jeudi deux experts devant la cour d'appel d'Anvers.

Le couple de prévenus, appréhendé le 30 juin 2018 à Woluwe-Saint-Pierre à bord d'un véhicule avec 500 grammes d'explosif, a toujours nié vouloir commettre un attentat mortel. Ils affirment qu'on leur avait indiqué que l'engin ne causerait que du bruit et des feux d'artifice.

Celui-ci ayant été détruit par les agents des services de déminage lors d'une explosion contrôlée, la quantité de TATP en présence a seulement pu être estimée sur base de photos.

500 grammes d'explosif

Le premier expert, interrogé par l'avocat de l'un des prévenus, s'en est tenu à son évaluation initiale, soit 500 grammes d'explosif.

Un second spécialiste, un Allemand témoignant par vidéo-conférence, a précisé qu'une telle quantité de TATP pouvait causer la mort dans un rayon de deux mètres. Des blessures sont également possibles jusqu'à sept mètres de l'engin.

Pour le parquet fédéral, une explosion aurait entraîné un bain de sang dans la salle bondée de Villepinte, ainsi qu'un important mouvement de panique.


►►► À lire aussi : Attentat déjoué contre l'opposition iranienne : Téhéran ne reconnaîtra pas le jugement du procès d'Anvers


La détonation contrôlée a en tout cas été suffisamment puissante pour endommager le robot du service de déminage et blesser un membre des unités spéciales de la police qui se trouvait à une centaine de mètres.

Interrogé par le président, l'expert belge, détaillant notamment la structure et la commande à distance, a assuré que la bombe avait été confectionnée par un "professionnel". L'engin a été réalisé de manière à ce qu'un maximum d'éléments de preuve potentiels soient détruits par l'explosion, a ajouté le témoin.

Ce dernier sera encore entendu par la cour vendredi.

Sur le même sujet

Jusqu'à 18 ans de prison pour les responsables de l'attentat contre l'opposition iranienne déjoué à Villepinte en 2018

Belgique

En Iran, un projet de budget prévoit une réduction de la production pétrolière et insiste sur la défense du pays

Monde

Articles recommandés pour vous