Monde

Athènes: un procès pour tester la résistance au fascisme en Grèce

Le parti Aube dorée est du côté des plaignants dans ce procès

© Archive AFP/STR - IMAGEGLOBE

03 sept. 2013 à 09:20 - mise à jour 03 sept. 2013 à 09:33Temps de lecture1 min
Par Alain Lechien

Savas Mikhail Matsas a été l'un des premiers à tirer la sonnette d'alarme en 2009 et à appeler à la résistance contre le parti néonazi Aube Dorée. Il est le premier aujourd'hui à comparaître pour cela devant les tribunaux du pays. À l'époque, ceux qui portaient plainte contre lui n'étaient que des militants d'un groupuscule, qui faisait moins de 1% aux élections. Aujourd'hui, ceux qui appellent à écraser ce "ver de terre juif" sont pour la plupart des députés néonazis légalement élus.

Justement, pour les avoir traités de criminels, Savas Mikhail est accusé de diffamation, d'incitation à la violence pour avoir appelé à combattre le fascisme et d'atteinte à la paix civile pour avoir appelé dans un tract à manifester massivement contre Aube Dorée. Quant à son coaccusé, Constantin Moutzouris, Aube Dorée lui reproche d'avoir hébergé, dans les bâtiments de l'université, le site alternatif d'informations non censurées antiautoritaires Indymédia, qui livre une bataille quotidienne contre Aube Dorée. À noter que Constantin Moutzouris a déjà été innocenté deux fois dans le passé pour ces mêmes accusations.

Les deux hommes risquent plusieurs mois de prison et de très fortes amendes. L'ensemble de la gauche grecque s'est mobilisée en leur faveur. Pour le gouvernement, qui compte plusieurs membres d'extrême droite, ce procès est un test. Il va donner la température de l'antifascisme en Grèce car, outre le culot inouï des néonazis d'Aube Dorée, l'affaire illustre le degré de permissivité de la société grecque à ses thèses.

RTBF

Sur le même sujet

Grèce: les néonazis d'Aube dorée s'implantent via les écoles

Monde

Grèce: le chef du parti néonazi Aube dorée nie l'existence des chambres à gaz

Monde