RTBFPasser au contenu

Astérix et la Transitalique: "La marque Astérix a encore de beaux jours devant elle"

Astérix et la Transitalique: "La marque Astérix a encore de beaux jours devant elle"
18 oct. 2017 à 12:36 - mise à jour 18 oct. 2017 à 12:361 min
Par Hugues Dayez

C’est demain que sort en librairie le 37ème album d’ "Astérix", intitulé "Astérix et la Transitalique". C’est aussi le troisième album réalisé par les repreneurs de la série, le dessinateur Didier Conrad et le scénariste Jean-Yves Ferri. Hugues Dayez a lu pour nous cet album en avant-première.

Tout commence par un défi. Pour redorer son image de marque, le sénateur romain Lactus Bifidus organise une grande course de chars à travers la péninsule, ouverte à tous les peuples de l’empire : c’est la Transitalique. Bien sûr, Astérix et Obélix vont participer à la course et bien sûr, ils vont devoir affronter un concurrent redoutable : le mystérieux champion Coronavirus, dont le visage est caché par un masque doré.

Didier Conrad, dessinateur-caméléon, imite le graphisme d’Uderzo avec une virtuosité très efficace.
Didier Conrad, dessinateur-caméléon, imite le graphisme d’Uderzo avec une virtuosité très efficace. RTBF

Le scénariste Jean-Yves Ferri connaît bien ses classiques. "Astérix et la Transitalique", dans sa trame, fait penser à deux scénarios de René Goscinny : celui du "Tour de Gaule d’Astérix" - le petit gaulois y effectuait déjà un voyage avec de nombreuses étapes pittoresques – et celui d’ "Astérix aux Jeux Olympiques" - il y était aussi question de compétitions avec des équipes pratiquant quelques coups bas pour désarçonner l’adversaire.

Respectant scrupuleusement le cahier des charges, Ferri truffe son scénario de calembours et de références discrètes à l’actualité, comme le faisait Goscinny. Quant à Didier Conrad, dessinateur-caméléon, il imite le graphisme d’Uderzo avec une virtuosité très efficace. Résultat: "Astérix et la Transitalique" est un album néo-classique, sans surprise, qui rassurera les millions de lecteurs qui achètent le nouvel Astérix dans un réflexe quasi-pavlovien. La marque "Astérix" a encore de beaux jours devant elle.

La couverture de ce nouvel album rappelle celle de l'album "Le tour de Gaule d'Astérix". Rien ne se perd rien ne se crée!
La couverture de ce nouvel album rappelle celle de l'album "Le tour de Gaule d'Astérix". Rien ne se perd rien ne se crée! © Tous droits réservés

Sujet de Dominique Dussein dans le JT 13h de ce jeudi 19 octobre

Articles recommandés pour vous