Regions Liège

"Astérix amon lès Bèljes" : Paul-Henri Thomsin se confie sur les difficultés à traduire ce classique de la BD

"Astérix amon lès bèljes" : Paul-Henri Thomsin se confie sur les difficultés à traduire ce classique de la BD

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

25 janv. 2023 à 10:58 - mise à jour 25 janv. 2023 à 10:59Temps de lecture1 min
Par Julien Covolo
Paul-Henri Thomsin est à la barre de l'adaptation en wallon liégeois d'Astérix chez les Belges.

Comment fait-on pour traduire une BD du français vers le wallon liégeois tout en conservant l'humour et les jeux de mots propres aux auteurs d'origine ? L'exercice n'est pas si facile qu'il n'en a l'air. Réponse avec Paul-Henri Thomsin, professeur retraité, écrivain en langue wallonne et chroniqueur occasionnel à la RTBF, il s'est attaqué à Astérix chez les Belges, parue début décembre aux éditions Noir Dessin Production.

La traduction d'une œuvre, quelle qu'elle soit, demande un travail d'adaptation. Mais comment feriez-vous pour passer du français au wallon liégeois dans une bande dessinée emblématique, en conservant un juste milieu entre respect de l'œuvre d'origine et saveur de la langue wallonne ? C'est pourtant le défi qu'a relevé Paul-Henri Thomsin avec Astérix amon lès Bèljes.

Astérix et Obélix rencontrent un certain Manekenpix.

"C'est de l'humour, du vocabulaire, des jeux de mots français. Je ne peux pas me permettre de traduire, je dois adapter", confirme-t-il d'emblée. Parfois, l'équivalent wallon d'une expression existe. Mais quand ce n'est pas le cas, il faut faire preuve d'imagination.

"L'histoire va être légèrement modifiée de manière à ce qu'on puisse garder la saveur du wallon", explique Paul-Henri Thomsin. C'est ainsi que "Choc sanglant ! Des héros Toutatis trompait l'espérance", référence à L'Expiation de Victor Hugo, devient à Liège "Bardî-bardaf ! Vola tot l'monde tot paf !".

Méthode de travail bien rôdée

Mais Paul-Henri Thomsin n'en est pas à son coup d'essai. Il a déjà participé à une adaptation du P'tit bout d'chique de François Walthéry, ou encore des célèbres aventures des Schtroumpfs de Peyo.

Pour trouver son inspiration, il ne regarde que les images dans un premier temps. "Spontanément, les expressions wallonnes sautent à l'esprit, affirme-t-il. C'est un sport terriblement enrichissant, mais qui demande une connaissance à la fois de la culture française et de la langue wallonne pour ne pas renier ni l'une ni l'autre."

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous