RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Assises Liège : Cherabi et Bahou coupables de coups et blessures ayant causé la mort sans intention de Rachid Moumen

Les avocats Thomas Hames et Philippe Zevenne et l'accusé Brahim Cherabi photographiés lors de la constitution du jury pour le procès de Brahim Cherabi et Younis Bahou devant la Cour d'assises de Liège, mercredi 19 janvier 2022, à Liège
28 janv. 2022 à 19:081 min
Par Belga

Les jurés de la cour d'assises de Liège ont déclaré vendredi Brahim Cherabi et Younis Bahou coupables de coups et blessures ayant causé la mort sans intention de la donner et avec préméditation. Rachid Moumen, un Liégeois âgé de 36 ans, avait été tué d'un coup de couteau porté au thorax le 6 juin 2018 à Bressoux. Les débats sur les peines auront lieu lundi matin.

Brahim Cherabi (30 ans) et Younis Bahou (25 ans) étaient accusés d'avoir assassiné Rachid Moumen le 6 juin 2018 à Bressoux.

À l'issue d'une première délibération portant sur la culpabilité, Brahim Cherabi a été déclaré coupable de coups et blessures volontaires ayant causé la mort sans intention de la donner et avec préméditation. Il a aussi été déclaré coupable de port illégal d'arme.

Younis Bahou a été déclaré coupable de coups et blessures volontaires ayant causé la mort sans intention de la donner et avec préméditation. Il a également été déclaré coupable de port illégal d'armes.

Décision motivée

Dans la motivation de leur décision, les jurés de la cour d'assises ont considéré que Brahim Cherabi et Younis Bahou attendaient Rachid Moumen sur le lieu où il a été agressé, un rendez-vous lui ayant été fixé. Dès son arrivée, ils ont porté des coups à Rachid Moumen, qui a encore été poursuivi jusqu'au centre de la chaussée, où d'autres coups lui ont été portés.

Le jury a par contre relevé qu'il n'apparaît pas qu'ils ont été animés d'une intention de donner la mort. Un seul coup de couteau avait été porté à la victime.

Le jury a également retenu la préméditation des faits, les deux accusés s'étant consultés avant l'agression.

Les débats sur les peines à infliger aux accusés se dérouleront lundi dès 9h.

Articles recommandés pour vous