Regions Hainaut

Assises du Hainaut : Francis Vandy condamné à 25 ans de réclusion criminelle pour assassinat et meurtre

L'accusé Francis Vandy.

© Belga - Laurie Dieffembacq

29 sept. 2022 à 09:30 - mise à jour 29 sept. 2022 à 16:54Temps de lecture2 min
Par Cédric Ketelair

La cour d'assises du Hainaut a prononcé ce jeudi une peine de 25 ans de réclusion criminelle contre Francis Vandy, coupable d'un meurtre, d'un assassinat et d'infractions à la loi sur les armes. Les jurés ont pris en compte l'âge de l'accusé, 72 ans, son état de santé précaire, ainsi que son énervement à la suite d'intrusions sur son terrain.

Ils ont aussi retenu le fait qu'il était policier et qu'il devait, à ce titre, respecter la loi. L'accusé a en outre manifesté peu d'empathie envers les familles des victimes et il a fait preuve d'un caractère hautement antisocial.  

Les faits 

Le 28 août 2019, Constantin Tomescu emmène son frère, Gabriel Ghelmegeanu, pêcher dans un étang qu’il connaît, à Forchies-la-Marche. Le lendemain, les corps sans vie des deux frères, portés disparus, sont retrouvés dans un bosquet près d’un étang. Les deux hommes ont été tués d’une balle dans la tête, tirées à bout touchant. 

Les enquêteurs de la police judiciaire de Charleroi ont un suspect, le propriétaire de l’étang, Francis Vandy. Ce n’est pas un inconnu, Francis Vandy a été commissaire divisionnaire au sein de la police fédérale. Celui qui était surnommé Lucky Luke par ses collègues est retraité depuis 2008. 

Francis Vandy est interrogé le 30 août. Il conteste être impliqué dans cette affaire. En octobre, il passe aux aveux, précisant qu’il a agi en état de légitime défense. Il est inculpé et placé sous mandat d’arrêt, le 17 octobre. 

L’homme âgé de 72 ans a été jugé cette semaine devant la cour d’assises du Hainaut. Ses avocats n’ont pas plaidé la légitime défense, mais l’excuse de provocation, arguant que l’ancien policier avait subi des violences morales de la part des deux frères venus pêcher chez lui, malgré plusieurs avertissements. De plus, Francis Vandy aurait subi des violences physiques, le jour des faits. 

Les jurés ont rendu leur verdict. Pour eux, la préméditation n’est pas établie pour le meurtre de Constantin Tomescu. Un doute subsiste sur le fait que l’ancien policier était animé de l’intention de tuer quand il est arrivé à son étang. Le premier tir étant instinctif. 

Par contre, il a prémédité le coup de feu qui a traversé la tête de Gabriel Ghelmegeanu, sectionnant la carotide. L’ancien policier a tué de peur d’être dénoncé. Il a eu quelques secondes pour préméditer son geste. 

L’excuse de provocation n’est pas établie. Francis Vandy n’a subi ni violences morales, ni violences physiques, lesquelles ne ressortent que de ses seules déclarations évolutives. Il a réagi de manière disproportionnée. 

Lors de son procès, Francis Vandy n’a exprimé aucun remord envers les victimes, qu’il a longtemps qualifiées de rebuts de la société, en raison de leur origine gitane. Les deux frères n’avaient aucun antécédent judiciaire. Ils ont été tués car ils pêchaient quelques carpes dans l’étang privé d’un homme qui, comme l’ont déclaré les avocats des parties civiles, s’était autoproclamé shérif des étangs de Forchies-la-Marche. 

 

Articles recommandés pour vous