Monde Amérique du Nord

Assaut du Capitole : le chef d'une milice d'extrême droite reconnu coupable de "sédition", une première

Dans cette photo d'archive prise le 09 juin 2022, Stewart Rhodes, fondateur des Oath Keepers, est vu sur un écran lors d'une audition de la Commission d'enquête de la Chambre des représentants sur l'attaque du 6 janvier contre le Capitole américain.

© AFP

29 nov. 2022 à 22:27 - mise à jour 29 nov. 2022 à 22:48Temps de lecture1 min
Par AFP, édité par Victor de Thier

Le fondateur des Oath Keepers, Stewart Rhodes, et un autre membre de cette milice d'extrême droite, sont devenus mardi les premiers participants à l'assaut du Capitole à être reconnus coupable de "sédition".

Après deux mois de procès et trois jours de délibérations dans un tribunal fédéral à Washington, les douze jurés ont en revanche écarté ce chef d'inculpation extrêmement rare, passible de 20 ans de prison, pour trois autres membres des Oath Keepers.

Les cinq ont été reconnus coupables d'entrave à une procédure officielle. Leur peine sera prononcée au printemps 2023.
 

 

Rare chef d'inculpation

Depuis l'assaut du Capitole du 6 janvier 2021, plus de 870 personnes ont été arrêtées et une centaine ont écopé de peines de prison. Mais, jusqu'ici, personne n'avait été reconnu coupable de "sédition".

Ce chef d'inculpation, qui émane d'une loi adoptée après la guerre de Sécession pour réprimer les derniers rebelles sudistes, implique d'avoir planifié l'usage de la force pour s'opposer au gouvernement. Il se distingue de l'insurrection, au caractère plus spontané.

Pendant le procès, les procureurs ont montré que les Oath Keepers avaient acheté des armes et des équipements de combat, et les avaient stockés dans un hôtel. Le Jour-J, casqués et équipés de tenues de combat, ils étaient entrés dans le Capitole, en formation de combat.

Stewart Rhodes était resté à l'extérieur, mais selon les procureurs, il avait dirigé ses troupes avec une radio "comme un général sur le champ de bataille".

A la barre des témoins, reconnaissable à son cache-oeil noir, il a nié "avoir planifié" cette attaque et a soutenu que la "mission" des Oath Keepers était d'assurer la sécurité de la manifestation convoquée par Donald Trump pour dénoncer des "fraudes électorales" (dont l'existence n'a jamais été établie).

Sur le même sujet : extrait du 18/01/2022

USA : Plongée au cœur de l insurrection du Capitole

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous