Regions

Assassinat à Matonge : sept hommes sur le banc des accusés

© Flickr CC/Gabriella Alu'

L’avocate générale a terminé la lecture de son acte d’accusation, jeudi soir, devant la cour d’assises de Bruxelles, dans le procès de l’assassinat de Dido. Il ressort de cet acte que les sept accusés sont arrivés sur les lieux du crime ensemble, à bord de deux véhicules. Daniel Nsumbu, Maxime Kacou Koffi, Roger Balaka Wenge, Brito Da Silva, Ngimbi Massamba, Adry Nsumbu-Sengele et Johan Bofane sont accusés d’être les auteurs d’une agression au couteau, fatale à Dieudonné Boula, surnommé Dido, le 26 mai 2019, dans une galerie commerciale du quartier Matonge à Ixelles.

"Les enquêteurs ont procédé à une enquête 'caméra' approfondie", a énoncé l’avocate générale. "En résumé des analyses des différentes images, il apparaît que les accusés sont arrivés sur les lieux des faits avec deux véhicules. Daniel Nsumbu était au volant d’une Peugeot 206, avec à son bord Ngimbi Massamba et Roger Balaka Wenge. Maxime Kacou Koffi, lui, faisait usage de son véhicule de marque Smart, dans lequel se trouvaient Brito Da Silva, Adry Nsumbu-Sengele et Johan Bofane."

Un règlement de comptes

Le 26 mai 2019, ces deux véhicules sont arrivés en même temps, à 18h31, dans la rue du Champ de Mars, où les occupants se sont entretenus durant quelques secondes, selon les images de caméras analysées par la police. Les quatre occupants de la Smart se sont ensuite dirigés vers le Square du Bastion, capuche sur la tête, puis sont entrés dans la galerie commerciale du quartier Matonge. Les trois autres ont quant à eux pris la direction de la chaussée d’Ixelles pour entrer dans la galerie de l’autre côté.

C’est au milieu de cette galerie que les sept hommes ont croisé le chemin de Dieudonné Boula, surnommé Dido, quelques minutes plus tard. Cet ancien membre de la bande urbaine Mafia Africaine (la Maf) y a été poignardé. Il a ensuite tenté de fuir, blessé, pour finalement s’effondrer rue d’Édimbourg, à quelques pas de la galerie. Il a été emmené d’urgence à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. Il est décédé le lendemain des suites de ses blessures. Dido était âgé de 32 ans. Il était marié et père de quatre enfants.

Selon l’enquête, les faits s’apparentent à une expédition punitive, commise dans le cadre d’un règlement de comptes entre bandes urbaines, sur fond de trafic de drogue.

Daniel Nsumbu, le seul des accusés qui est encore sous mandat d’arrêt, s’est rendu à la police le 13 juin 2019. Maxime Kacou Koffi a fait de même le 26 août suivant. Quatre autres accusés ont été interpellés par la suite, tandis que Johan Bofane a pris la fuite au Congo. Un mandat d’arrêt international a été délivré à son encontre le 19 juillet 2019, mais il n’a toujours pas été arrêté. Il est donc jugé par défaut.

Articles recommandés pour vous