RTBFPasser au contenu

Assainissement des eaux : La Wallonie voit le bout du tunnel

assainissement des eaux

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

21 janv. 2016 à 09:211 min
Par Céline Liegeois

Malonne fait partie de ces agglomérations dont les eaux usées sont rejetées dans les cours d'eau sans être traitées. Le long du Landoir par exemple, les eaux sont directement rejetées dans le ruisseau, qui se jette à son tour dans la Sambre, comme nous le confirme une habitante : "Toutes les eaux de salle de bain, les eaux de la machine à laver, du lave-vaisselle, tout est rejeté dans le Landoir. Et l'odeur est là."

Les travaux d’égouttage viennent de démarrer. Ils permettront d’acheminer les eaux souillées vers la station d’épuration de Floreffe. A Wépion, les travaux sont en cours depuis plusieurs mois. Aujourd’hui, 95 % des eaux de l’agglomération vont directement dans la Meuse. Des collecteurs sont placés pour permettre aux eaux usées de rejoindre la station d’épuration de Wépion où elles seront traitées.
La Belgique a attendu trop longtemps pour épurer ses eaux usées et cela a déjà couté cher à la Belgique. Dix millions d'euros, suite à la condamnation en 2013 par la cour européenne de justice pour le retard dans l'épuration des eaux des villes de plus de 10 000 habitants. C'est en effet une directive européenne qui impose le traitement des eaux usées depuis 1991.

Aujourd'hui, la Wallonie rattrape doucement son retard. De nombreuses stations d'épuration ont été construites, le chemin parcouru est important, mais il reste encore du travail nous confirme Jean-Luc Martin, le président de la SPGE : "Aujourd'hui sur 150 agglomérations environ, il reste 20 agglomérations à mettre en ordre, mais tout est lancé. Certaines agglomérations voient leur station d'épuration sortir de terre, pour d'autres c'est un égout qui manque, ou un collecteur. C'est une deuxième course contre la montre, on espère avoir terminé avant que l'Europe ne nous traîne devant la Cour de justice".

Depuis 15 ans, la Wallonie a investi 3,2 milliards dans l’assainissement de ses usées usagées. Ces investissements ont été répercutés sur la facture d'eau des citoyens au moyen du coût-vérité de l'assainissement.

Articles recommandés pour vous