RTBFPasser au contenu
Rechercher

ASO "très satisfait" à la mi-Tour et content de la "ferveur populaire" au bord des routes

10 sept. 2020 à 13:27Temps de lecture2 min
Par Giovanni Zidda avec Jérôme Helguers

Les organisateurs du Tour de France ont poussé un grand 'ouf' de soulagement mardi matin après les résultats des tests 'PCR' effectués sur les coureurs du peloton et les membres de l’encadrement. Malgré le contrôle positif du directeur de course Christian Prudhomme, ASO dresse un bilan très positif de cette première moitié de Tour de France.

"Nous sommes très satisfaits", s’est réjoui Pierre-Yves Thouault, directeur-adjoint d’ASO. "Nous sommes passés par plusieurs états depuis la pandémie. En n’étant pas très optimistes, puis très optimistes pour finalement arriver au départ du Tour avec quelques inquiétudes autour de Nice qui est passée en zone rouge quelques jours avant le départ."

Pour Thouault, la présence massive du public en bord de route n’est pas inquiétante. Bien au contraire, cela est perçu positivement. "Aujourd’hui on est extrêmement satisfait car il y a beaucoup de personnes, masquées évidemment, sur le bord des routes. Nous sommes aussi très contents des audiences tv qui sont très importantes. Il n’y a que des éléments positifs. Organiser un événement comme le Tour de France c’est déjà une opération logistique importante et avec ce covid qui plane au-dessus de la tête, c’était un vrai défi. On a mis en place des mesures importantes qui ont été contraignantes, parfois mal vécues notamment par les équipes mais je pense que ces équipes nous suivent depuis le début du Tour en respectant les gestes barrière."

Et de poursuivre. "Le fait de déplacer le Tour en septembre, c’était tout d’abord lié à la pandémie mais aussi pour avoir moins de monde au bord des routes. La ferveur populaire est là. Depuis quelques jours, j’ai l’impression qu’il y a un vrai parfum de juillet. Il y a beaucoup de monde et on peut compter sur le port du masque obligatoire sur l’ensemble du territoire. Il y a beaucoup de camping-cars et quand on voit cette ferveur populaire, on se rend compte que les gens ont besoin de Tour de France."

Avec les départements français qui passent les uns après les autres en orange et en rouge, la situation pourrait changer dans les prochains jours. Pierre-Yves Thoualt se dit prêt à affronter cette situation. "On va resserrer la vis, sur les zones de départ et d’arrivée. On s’adapte pour que le Tour aille à Paris le 20 septembre."

Articles recommandés pour vous