RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Trois

"Arrêtez-moi là", un film trop proche de la réalité ?

05 juil. 2022 à 10:42 - mise à jour 05 juil. 2022 à 11:57Temps de lecture1 min
Par Lucas Hodeige

"Arrêtez-moi là" avec Reda Kateb, sorti en 2016 compte plusieurs éléments qui se rapprochent de la réalité, au-delà de son histoire ? Focus sur le réel derrière la fiction.

Samson, chauffeur de taxi à Nice, charge Louise Lablat et sa fille à l'aéroport avant de les déposer chez elles. Quelques heures plus tard, en pleine nuit, Samson accepte de prendre deux étudiantes complètement ivres, sans facturer leur course, pour éviter des tracas administratifs. Mais, au même moment, la fille de Louise est enlevée. Samson est aussitôt soupçonné par la police, d'autant qu'il ne parvient pas à se souvenir du nom de ses deux passagères prises en pleine nuit. Principal suspect, il est très vite mis en prison. Et son avocat, commis d'office, est malheureusement un piètre défenseur.

"Arrêtez-moi là" un film à voir le mardi 12 juillet à 20h30 sur La Trois. 

L’histoire d’un homme délaissé par la justice

© Tous droits réservés

Le film est l’adaptation d’un roman de Iain Levison qui est lui-même inspiré d’un fait divers survenu aux États-Unis en 2002 à Salt Lake City, capitale de l’Utah. Accusé à tort d’avoir enlevé la jeune fille de 14 ans de la famille dont il est l’homme à tout faire, Richard Ricci est délaissé par la justice malgré une innocence clamée. Il décède en prison des suites d’une hémorragie cérébrale peu de temps avant que la victime, qui semblait souffrir du syndrome de Stockholm, soit retrouvée à bord d’un van en compagnie de son ravisseur.

Au cœur d’un lieu carcéral véritable

© Tous droits réservés
Les scènes du film se déroulant en prison ont été tournées dans un véritable centre pénitentiaire : La Farlède à Toulon. Les détenus et surveillants que l’on y voit sont tous vrais et ne sont donc pas des acteurs. Cependant, Gilles Bannier ne souhaitait pas faire un film de prison et a préféré ne pas se concentrer sur le milieu carcéral, mais plutôt montrer les souffrances du personnage à l’extérieur. En effet, Reda Kateb parle de son personnage comme étant quelqu’un qui n’est pas faible mais qui est sans défense face au système judiciaire, car les innocents sont ceux qui se défendent le plus mal.
 
Enfin, pour donner une force réaliste à "Arrêtez-moi là" et s'éloigner des clichés, Gilles Bannier a utilisé les documentaires que Raymond Depardon a consacrés à l’appareil judiciaire. 

Sur le même sujet

Reda Kateb dans Hep Taxi ! " Ce n'est pas qu'un personnage, c'est la vie !"

Hep Taxi

Articles recommandés pour vous