Monde

Armes chimiques en Syrie: Obama réunit son équipe de sécurité

En Syrie, le régime et les rebelles s'accusent mutuellement d'avoir utilisé des armes chimiques après une attaque de grande ampleur qui aurait fait 1300 morts
24 août 2013 à 12:54 - mise à jour 24 août 2013 à 14:10Temps de lecture2 min
Par Belga News

"Le président rencontre son équipe de sécurité nationale ce matin pour discuter des allégations d'attaque aux armes chimiques par le gouvernement syrien en Syrie plus tôt cette semaine", a expliqué ce responsable.

Celui-ci a précisé que M. Obama avait ordonné à ses services de renseignement de "regrouper faits et preuves afin de déterminer ce qui s'est passé en Syrie".

"Une fois que nous aurons vérifié tous les faits, le président prendra une décision avisée sur la manière d'y répondre", a-t-il insisté.

Selon ce responsable, la Maison Blanche a "une palette d'options sur la table". "Nous allons agir de façon réfléchie afin de prendre des décisions en accord avec nos intérêts nationaux ainsi qu'avec notre évaluation de ce qui peut faire avancer nos objectifs en Syrie", a-t-il ajouté.

L'opposition syrienne a accusé Damas d'avoir mené mercredi une attaque de grande ampleur aux armes chimiques qui aurait fait au moins 1300 morts, ce que dément le régime de Bachar al-Assad.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le secrétaire américain à la Défense, Chuck Hagel, a annoncé le déploiement de moyens militaires afin de fournir des "options" au président si Barack Obama devait donner l'ordre d'une intervention en Syrie.

Dans un entretien à la chaîne de télévision CNN vendredi, le président Obama a affirmé que les accusations de recours aux armes chimiques par le régime syrien constituaient "un événement important", "très troublant" et "profondément inquiétant".

Le régime accuse les rebelles d'utiliser des armes chimiques à Damas

"Une unité de l'armée encercle un secteur de Jobar où les terroristes ont utilisé des armes chimiques", a indiqué la télévision d'Etat, en faisant état de plusieurs cas "d'asphyxie" parmi les soldats.

Le quartier de Jobar situé à la périphérie de Damas est aux mains des rebelles et les troupes du régime tentent de le reprendre depuis des mois à coups de bombardements et de raids aériens.

Selon la télévision, "des combats violents ont éclaté dans le secteur de Jobar où les unités de l'armée ont lancé une offensive pour reprendre ce quartier".

"Des soldats ont été blessés après inhalation de gaz toxiques et certains d'entre eux sont dans un état critique", a-t-elle ajouté.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui s'appuie sur un large réseau de militants et médecins, a fait état de "quatre raids menés par les avions du régime à la périphérie de Jobar, blessant un certain nombre de personnes".

Cette ONG, basée en Grande-Bretagne, rapporte que parallèlement aux raids, de violents combats ont éclaté entre les troupes loyales et les combattants rebelles dans ce secteur.

Des zones du quartier de Jobar ont été détruites, selon les militants de la Commission générale de la révolution syrienne.

Les accusations du régime syrien coïncident avec l'arrivée à Damas d'une responsable de l'ONU qui cherche à obtenir l'autorisation du régime pour enquêter sur des allégations similaires imputées par l'opposition aux troupes du régime.

Belga

En bref: les Etats-Unis menacent la Syrie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Syrie: le scénario d'une intervention imminente se précise

Monde

Syrie: intervenir avant la fin de l'enquête de l'ONU? "Une grave erreur"

Monde