Les Grenades

Arménie – Azerbaïdjan : l’autre guerre, où les femmes ne sont pas épargnées

© Tous droits réservés

10 oct. 2022 à 09:59Temps de lecture3 min
Par Camille Wernaers pour Les Grenades

Attention, cet article contient des descriptions de scènes de violences.

Depuis septembre, au moins 286 personnes ont été tuées lors d’affrontements entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Il s’agit des pires combats entre ces deux voisins du Caucase depuis 2020.

Le contentieux porte sur le sort du Haut-Karabakh, aussi appelé Artsakh, une enclave peuplée d’Arménien·nes en Azerbaïdjan, mais aussi sur la délimitation des frontières entre les deux pays. Cet été déjà, des tensions avaient refait surface dans la région. Les forces azerbaïdjanaises avaient mené une opération nommée "Vengeance". L’Arménie avait alors accusé l’Azerbaïdjan de tenter de prendre le contrôle unilatéral d’une zone qui lie l’Arménie au Haut-Karabakh. Les deux pays se sont ensuite accusés mutuellement lors de bombardements. Un cessez-le-feu et plusieurs pourparlers de paix ont depuis été organisés.

© Tous droits réservés

Des vidéos choquantes

Dans ce contexte de violence, des vidéos particulièrement choquantes ont circulé sur les réseaux sociaux, montrant de potentiels crimes de guerre. Certaines de ces exactions semblent cibler les soldates ou les infirmières sur place. Il est question de viols, de décapitations, et de mutilations du visage.

Une vidéo en particulier a attiré l’attention. On y voit le corps nu et mutilé d’une soldate arménienne gisant parmi de nombreuses autres dépouilles en tenue militaire. Les traces laissées sur son corps indiquent de probables tortures, comme un doigt coupé et déposé dans sa bouche. De multiples blessures ainsi que des inscriptions sont visibles sur son torse (notamment "Yasma ", qui correspond au nom de forces spéciales azéries, selon le journal Libération).

"C’est impossible de regarder de telles atrocités, a déclaré le général Edward Asryan à des diplomates internationaux. Il n’y a pas de mots pour décrire ça, ils ont mutilé cette soldate, […] ils l’ont déshabillée. C’est une violation des normes humanitaires internationales."

►►► Retrouvez en cliquant ici tous les articles des Grenades, le média de la RTBF qui dégoupille l’actualité d’un point de vue féministe

Toujours selon Libération, "la vidéo a été initialement partagée le 15 septembre sur l’application de messagerie chiffrée russe Telegram par un groupe pro-Azerbaïdjanais, qui se félicite de la mort et de la mise en scène macabre du corps. Des messages relayés par les administrateurs du canal assurent que la soldate était une sniper, qu’elle est morte au combat, et que le doigt dans sa bouche est 'celui avec lequel elle tirait'. Ils assurent que cette pratique serait une 'tradition' de l’armée azérie lorsqu’ils arrivent à éliminer un tireur d’élite."

Une autre vidéo partagée sur des canaux Telegram pro-azerbaïdjanais montre une femme dénudée, présentée sur les réseaux sociaux comme étant Irina Gasparyan, une infirmière militaire. D’autres images montrent sept soldats arméniens exécutés par des soldats azerbaïdjanais.

"Une enquête impartiale"

En mars dernier, avant cette escalade de violence, le Parlement européen avait constaté dans une résolution "que l’effacement du patrimoine culturel arménien s’inscrit dans le cadre plus large d’une politique étatique d’arménophobie systématique, de révisionnisme historique et de haine à l’égard des Arméniens promue par les autorités azerbaïdjanaises, notamment à travers une déshumanisation, une glorification de la violence et des revendications territoriales à l’égard de la République d’Arménie, qui menacent la paix et la sécurité dans le Caucase du Sud".

►►► Pour recevoir les informations des Grenades via notre newsletter, n’hésitez pas à vous inscrire ici

Face à ces allégations de crimes de guerre, Catherine Colonna, ministre des affaires étrangères françaises, a réclamé ce 4 octobre "une enquête impartiale" et appelle "au respect de l’intégrité territoriale de l’Arménie et à un retrait des positions occupées par l’Azerbaïdjan".

Ce 7 octobre, l’Union européenne a annoncé l’envoi d’une "mission civile" en Arménie, le long de la frontière avec l’Azerbaïdjan, pour "établir la confiance" entre les deux pays et contribuer à la délimitation des frontières.

Nagorny Karabakh : exode des habitants arméniens – archives JT 2020

Nagorny Karabakh : exode des habitants arméniens

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Si vous souhaitez contacter l’équipe des Grenades, vous pouvez envoyer un mail à lesgrenades@rtbf.be.

Les Grenades-RTBF est un projet soutenu par la Fédération Wallonie-Bruxelles qui propose des contenus d’actualité sous un prisme genre et féministe. Le projet a pour ambition de donner plus de voix aux femmes, sous-représentées dans les médias.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous