Economie

Arco: vers l'annulation des garanties accordées aux coopérateurs ?

Francine Swiggers (Arco)

© Belga

28 nov. 2012 à 07:15Temps de lecture1 min
Par Adrien de Callataÿ

Arco, c'était le bras financier de l'ACW, la coupole des organisations des travailleurs chrétiens en Flandre. L'imparfait est de rigueur.

Le 8 décembre 2011, les associés ont décidé la liquidation. Arco était un actionnaire important de Dexia et il a été emporté par l'effondrement du groupe franco-belge.

Afin de protéger les 800 000 coopérants, le gouvernement Leterme leur avait accordé en 2011 la même garantie qu'aux épargnants bancaire, 100 000 euros maximum, soit un risque pour l'Etat de 1,5 milliards et demi d'euros.

Problème: des recours ont été déposés au Conseil d'Etat, notamment par la fédération flamande des investisseurs. Elle estime que la garantie est discriminatoire par rapport aux actionnaires directs de Dexia.

L'auditeur du Conseil d'Etat lui a donné raison sur plusieurs points et il recommande d'annuler l'arrêté royal instaurant ces garanties. Or, le plus souvent, le Conseil d'Etat suit l'avis de l'auditeur.

Voilà un caillou de plus dans la chaussure déjà peu confortable du gouvernement Di Rupo. Sans oublier que l'Europe n'a pas encore donné son feu vert sur ces garanties.

Michel Visart

Sur le même sujet

Arco: recours en annulation de la garantie d'État rejeté

Economie

Liquidation Dexia-Arco: la garantie d'État remise en question

Economie