Régions Brabant wallon

Après une année exceptionnelle avec des pommes à la pelle, d’innombrables particuliers font presser la cueillette de leur jardin

Si vous avez la chance d’avoir un jardin et un pommier, vous avez sans doute remarqué que les branches sont lourdes de pommes. Avec un hiver doux, un printemps pluvieux combiné à cet été caniculaire, c’est le cocktail parfait pour une récolte de pommes aussi précoce. De nombreux particuliers se rendent chaque jour avec des centaines de kilos de pommes dans un pressoir pour en extraire un jus sucré à souhait.

RTBF

C’est une année exceptionnelle par rapport à l’année précédente

A Piétrebais, non loin de Beauvechain, des voitures et des remorques pleines à croquer de pommes envahissent la cour d’une exploitation fruitière. Des particuliers ramènent au pressoir le fruit de leur récolte qui provient de leur propre jardin. Après avoir pris rendez-vous, chaque personne vient déposer ses pommes dans un casier qui lui a été personnellement attribué. Les récoltes ne sont donc pas mélangées pour que chacun reparte avec son propre jus.

RTBF

Habitant de Braine-le-Comte, Christian Pardonge n’en revient pas de sa production avec plus de 200 kilos de pommes toutes variétés confondues : "C’est une année exceptionnelle par rapport à l’année précédente. J’ai de la Reinette Etoilée, des James Grieve, des Belle-Fleur, des Cox Orange, des Reinette Evagil. Un mélange, c’est qu’il y a de mieux parce que le jus est extra. "

Marie-Noëlle Dinant, venue de Gembloux, est prête à tomber dans les pommes tant ses arbres fruitiers ont été généreux : "Aujourd’hui, j’amène 350 kilos de pommes et j’en suis à ma deuxième pression. Elles sont mûres beaucoup plus tôt cette année. Pour ne pas les perdre, je viens les faire presser ici. "

RTBF
RTBF

Cela fait 20 ans que les exploitants du Verger de la Chise proposent aux particuliers d’apporter leurs pommes de jardin pour qu’ils profitent des installations et de leur savoir-faire. Une fois le jus extrait, il est ensuite pasteurisé. Après la mise en bouteille ou en cubis, ce nectar 100% naturel se conserve durant une année.

C’est une grosse année à pommes

Avec une météo gorgée de soleil, la récolte de cette année est en avance de deux semaines par rapport à l’année dernière.

Pierre Lebrun, le propriétaire de cette exploitation fruitière, nous livre les ingrédients de cette incroyable collecte et de cette précocité : "C’est une grosse année à pommes. Avec un hiver relativement doux, ensuite les pluies, le printemps était pas mal au niveau des fleuraisons. C’est sans compter sur la canicule de cet été qui fait que les pommes sont bien sucrées et juteuses. Tout cela explique pourquoi elles sont nombreuses et mûres bien plus tôt."

RTBF

100% naturel, très économique et sentimental

En seulement une journée, plus de 70 personnes sont venues porter au pressoir le trésor qu’elles ont cueilli non sans effort en escaladant une échelle pour atteindre les branches de leurs pommiers. De Bierbeek, Thomas Boes vient avec 250 kilos de Double Belle Fleur provenant d’un unique pommier.

Quelques kilos sont encore sur des branches car elles sont beaucoup trop hautes pour lui. Pour ce particulier, c’est une satisfaction aussi bien personnelle qu’écologique : "Déjà de les cueillir soi-même, c’est un réel plaisir. Ce sont nos propres pommes, donc il y a quelque chose de sentimental. Enfin le prix pour faire presser son jus est vraiment intéressant. Quand on pense que pour 200 kilos, cela revient à un euro et demi le litre. Je crois que dans le commerce, on est à trois euros le litre au minimum pour du bio. En plus, ce sera notre propre jus. "

Cela représente en moyenne 60% d’extraction

A partir de 50 kilos, toute personne peut se rendre sur rendez-vous dans cette exploitation pour faire presser ses pommes. Martine Lebrun, la gérante du Verger de Chise, en voit des vertes et des très mûres tant son téléphone ne cesse de sonner.

"Pour 100 kilos, vous avez à peu près 60 litres de jus. Cela représente en moyenne 60% d’extraction, nous explique-t-elle. Mais cette extraction peut être différente en fonction du type de pomme. Si on a une ancienne variété telle une Court-Pendu ou une Jonagold, cela sera différent. En revanche, ce sera toujours du pur jus. Il n’y a que du fruit. "

Trois jours après avoir déposé ses pommes, Martine Dimanche vient justement récupérer ses bouteilles qui contiennent son subtil élixir : "Je viens de le goûter et il est vraiment très bon. J’avais rapporté environ 80 kilos, et je repars avec 52 litres. Je suis très contente et mes petits-enfants le seront encore plus. Ils adorent ce jus de pomme qui vient de mon jardin."

Qu’elles soient, jaunes, vertes, rouges, rosées, ou multicolores, les pommes ont offert cette année aux particuliers des kilos et des litres de délices sucrées.

Sur le même thème : Extrait JT (18/08/2022)

Climat / Les pommes et les poires sont déjà là

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

"A la Faveur de l'automne", rendez-vous à l'ancienne Abbaye d'Aywiers pour la traditionnelle foire aux plantes !

BW Matin

Où cueillir vos pommes et poires en libre-service? [Carte]

Nos producteurs locaux

Articles recommandés pour vous