RTBFPasser au contenu
Rechercher

Après un retour sur terre, le corps des astronautes doit reprendre ses marques

Quatre astronautes sont revenus de la station spatiale internationale. Ils sont arrivés sur Terre avec quelques effets sur leur corps.
09 nov. 2021 à 16:16 - mise à jour 09 nov. 2021 à 21:18Temps de lecture4 min
Par Clémence Dath

Après six mois passés dans l’espace, le Japonais Akihiko Hoshide, les Américains Shane Kimbrough et Megan McArthur et le Français Thomas Pesquet ont posé un pied sur terre ce mardi. Enfin, ils n’ont pas vraiment posé un pied, car ils ont été accueillis et placés directement sur un brancard, par mesure de sécurité.

Il faut dire que depuis 199 jours, les astronautes étaient en apesanteur. " Quand ils étaient en vol, ils ne pesaient plus rien, ils n’avaient plus de poids corporel ", explique Marc Francaux, professeur de physiologie de l’exercice à l’UCLouvain. A leur retour sur terre, ils retrouvent cette force de gravité et leur poids. Un des premiers risques, c’est qu’ils se fassent une fracture au moment où ils se remettent debout avec leur poids de corps." Il faut donc s’abstenir de faire des sports de grande intensité au retour pour éviter les cassures au niveau des os.

En fait, dans l’espace, les astronautes perdent de la densité minérale osseuse. " On perd 1 à 2% de masse osseuse chaque mois quand on est dans l’espace à cause de la microgravité ", explique Frank De Winne, l’un des deux astronautes belges à avoir séjourné dans l’espace. Avec l’apesanteur, les os des astronautes sont plus fragiles. Mais pour limiter cette perte de densité, le sport est recommandé, même en apesanteur.

 

Pendant des jours, des semaines ou parfois des mois dans l’espace, les astronautes sont soumis à un programme intensif de sport. " Il faut faire beaucoup d’exercices, même neuf jours, se souvient Dirk Frimout, le premier Belge à être parti dans l’espace. Il fallait faire des exercices sur le tapis roulant pour entraîner les muscles. " Pour Frank De Winne, resté six mois en apesanteur, l’entraînement était plus intensif et quotidien. On fait deux heures et demie de sport tous les jours ", insiste celui qui a été le premier commandant européen de l’ISS.

Une masse musculaire plus faible

Cette pratique sportive permet aussi que les astronautes gardent une masse musculaire pour leur retour sur Terre. Elle a, en fait, tendance à diminuer dans l’espace. Comme on ne pèse plus rien et qu’on ne doit plus faire d’effort, on va perdre de la masse musculaire ", résume Marc Francaux. C’est pourquoi aujourd’hui, les astronautes doivent faire beaucoup d’exercices. C’était moins le cas lors des premiers vols dans l’espace. On peut se souvenir d’astronautes russes qui après de très longs séjours qui étaient amaigris, qui avaient des masses musculaires qui avaient fondu, des densités minérales osseuses qui étaient dramatiques et ça, c’est très difficile de récupérer ", poursuit le professeur de physiologie de l’exercice. Mais les études et les connaissances scientifiques à ce sujet ont énormément évolué. Aujourd’hui, c’est sous contrôle ", confirme Frank De Winne.

 

Frank De Winne est le deuxième astronaute belge à être parti dans l'espace. Il est devenu le premier européen à être commandant de l'ISS.
Frank De Winne est le deuxième astronaute belge à être parti dans l'espace. Il est devenu le premier européen à être commandant de l'ISS. © Tous droits réservés

Sous contrôle parce qu’à leur retour, les astronautes subissent une batterie de tests. Durant trois semaines, Thomas Pesquet va être soumis à des tests scientifiques, destinés à observer l’effet d’un séjour long en orbite sur le corps humain. Ils sont aussi soumis à des exercices spécifiques de réhabilitation. Dans le programme, on apprend à se stabiliser, détaille Frank De Winne. On a beaucoup de muscles près de la colonne vertébrale qui stabilisent notre colonne, mais ces muscles, on ne les utilise pas dans l’espace. Il faut faire des entraînements spécifiques pour les stimuler à nouveau. On nage beaucoup. "

Le retour sur pied peut prendre quelques jours

Les astronautes marchent et courent aussi beaucoup, mais ça, c’est seulement quand le système vestibulaire, soit l’oreille interne, se remet en place et retrouve son équilibre. " Dans l’espace, on n’en a pas besoin. Il faut réapprendre à maintenir son équilibre. Pour marcher, au début, on a besoin d‘aide. Après un ou deux jours, on peut marcher tout seul. Courir, ça prend une semaine et après rouler à vélo, on fait ça après trois semaines ", se souvient Frank De Winne.

 

Dirk Frimout est le premier belge à partir dans l'espace. Il y est resté neuf jours.
Dirk Frimout est le premier belge à partir dans l'espace. Il y est resté neuf jours. © Tous droits réservés

Dirk Frimout a fait une plus courte mission, de neuf jours. " Pour nous, ce sont quelques heures seulement ", précise le premier Belge à être parti dans l’espace. Quelques heures durant lesquelles il ne faut pas marcher. Mais le sentiment d’apesanteur ne quitte pas tout de suite les astronautes. " Au début, on a le sentiment, qu’on est en apesanteur, surtout quand on est dans le lit, se rappelle Dirk Frimout. Mais après une semaine, C’est terminé." Dans le cadre d’une plus longue mission et en fonction de la personne, les effets peuvent durer plus longtemps.


►►► SpaceX et le tourisme spatial : quel impact sur la santé de ces voyageurs de l’espace ?


Dans la station spatiale internationale, le corps s’est habitué à la microgravité. Dans l’espace, tout paraissait léger, le corps flottait. Il faut donc réapprendre certains gestes au retour. " On n’a plus les réflexes comme on a tous les jours. Prendre une tasse de thé ou de café, ça semble extrêmement lourd. C’est difficile de monter le bras ", raconte Frank De Winne. " On n’a pas besoin de force et donc notre cerveau ne donne plus les impulsions nécessaires pour faire toutes les tâches nécessaires au sol ", poursuit-il. Une sensation ressentie aussi par Dirk Frimout.Les bras sont lourds, difficiles à bouger. On a ce sentiment d’être très lourd ", confirme l’astronaute.

Les tests scientifiques se poursuivent après le retour des astronautes sur Terre, mais ça ne les empêche pas de retrouver leurs proches et puis de partir en vacances dans quelques semaines. Thomas Pesquet a bien l’intention d’en prendre. Les premières "depuis de nombreux mois", avait-il dit lors d’une conférence de presse. "J’ai même l’impression que ça fait des années", avait-il ajouté, qualifiant la mission écoulée de "très, très intense".

Sur le même sujet

L’astronaute Thomas Pesquet : "L’idée est de retourner vers la Lune de manière plus durable"

Monde

SpaceX : après 6 mois dans l'espace, le retour sur Terre de quatre astronautes, dont Thomas Pesquet

Articles recommandés pour vous