RTBFPasser au contenu

Quel Temps!

Après les inondations, la chocolaterie Galler prépare son retour à Vaux-Sous-Chèvremont

Après les inondations, la chocolaterie Galler prépare son retour à Vaux-Sous-Chèvremont

Près d’un an après les terribles inondations qui ont touché la Belgique, l’entraide et le travail d'équipe ont permis à Galler de garder la tête hors de l’eau. Direction les coulisses de la chocolaterie où la production des célèbres barres reprend petit-à-petit. 

C’est inévitable, les inondations ont laissé des traces dans la tête des Belges… Lentement mais sûrement, il a fallu du temps pour se relever. Sur le site de production de la chocolaterie Galler à Vaux-Sous-Chèvremont, le train-train reprend et les machines recommencent à produire. Après des mois de nettoyage et de nombreuses réparations, les équipes voient doucement le bout du tunnel. "Nous sommes restés unis dans cette épreuve. Nous préparons désormais le retour sur le site historique et nous réhabilitons la chaîne de production. C’est une grande joie pour toutes les équipes après cette année difficile", confie Lucie Besnier, assistante communication. "Revenir sur le site de Vaux-Sous-Chèvremont nous tenait vraiment à cœur car c’est ici qu’est née la chocolaterie. C’est aussi une manière de soutenir économiquement la Vallée ainsi que certains de nos collaborateurs qui ont été, eux aussi, sinistrés."

© Tous droits réservés

Au-delà des frontières

Cette catastrophe a été un électrochoc écologique pour certains citoyens… Mais, chez Galler, la prise de conscience n’est pas nouvelle ! La chocolaterie entreprend des projets durables en dehors de la Belgique depuis déjà quelques années. "Nous avions analysé le réel impact de la filière de chocolat sur la planète. Nous avons donc entrepris une approche plus globale en nous intéressant à la biodiversité, la qualité des sols, l’eau et l’air", explique Valérie Stefenatto, responsable Markethic et actionnaire. La chocolaterie a développé plusieurs initiatives, dont "People, Planet and Cocoa", un projet de cacaoculture en Côte d’Ivoire.

Chocolaterie Galler

Une collaboration sur le terrain

"La cacaoculture est responsable de la déforestation en Côte d’Ivoire, donc l’objectif du projet est de réintroduire des arbres dans les champs. Ainsi, nous formons les producteurs à la collecte de semences d’arbres sauvages de qualité, à la construction de pépinières puis à la plantation de ces arbres dans les champs", développe Jean-Louis Doucet, Professeur à Gembloux Agro-Bio Tech (ULiège). Et, pour le bien de la biodiversité, il s'agit uniquement d'espèces locales… "Nous voulons planter environ 50.000 arbres qui produiront, à terme, du bois mais aussi des fruits ou des épices afin de garantir un revenu sur le long aux populations locales."

Chocolaterie Galler

Sur le même sujet

18 avr. 2022 à 07:34
5 min
26 août 2021 à 09:05
1 min

Articles recommandés pour vous