Avec 10 passes décisives en Bundesliga en 17 rencontres, Kevin De Bruyne est le grand artisan de l’excellent début de saison de Wolfsburg, 2ème du classement derrière l’intouchable Bayern Munich de Pep Guardiola.

L’ancien joueur de Chelsea et de Genk a mis le championnat allemand à ses pieds depuis son arrivée en Basse-Saxe il y a un peu moins d’un an. Ses prestations ne laissent personne indifférent et à l’approche du mercato hivernal, les clubs en recherche de renforts offensifs se penchent logiquement sur son cas.

Depuis quelques jours, les médias britanniques font état d’un vif intérêt d'un Manchester City handicapé par les blessures à répétition de ses atouts offensifs, Sergio Agüero et Edin Dzeko, ou par le manque d’efficacité des Stevan Jovetic, Jesus Navas et James Milner. Le Daily Mail annonce même dans son édition de mercredi la tenue d’une réunion entre Manuel Pellegrini, coach des Citizens, Txiki Begiristain, directeur sportif des Sky Blues, et Vincent Kompany, capitaine des champions d’Angleterre en titre, au cours de laquelle "Vince The Prince" aurait fortement conseillé à ses dirigeants de s’attacher les services de son coéquipier chez les Diables.

Toutefois, City n’est apparemment pas seul sur ce dossier. Selon L’Equipe, Laurent Blanc, entraîneur du Paris Saint-Germain, 3ème de Ligue 1 à la mi-saison derrière Marseille et Lyon malgré un budget largement supérieur, souhaiterait renforcer son effectif cet hiver afin d’y instaurer une plus grande concurrence. La piste privilégiée de l’ancien sélectionneur de l’équipe de France mènerait donc également à De Bruyne. Ses dirigeants qataris, confrontés au Fair-Play financier, ne partagent cependant pas son avis et n’envisagent pas, sauf en cas de départ (Ezequiel Lavezzi, Adrien Rabiot ou Edinson Cavani), de se montrer actif sur le marché des transferts cet hiver.

Les regards sont donc actuellement tournés vers le jeune international belge de 23 ans, acheté par Wolfsburg en janvier 2014 pour un montant de 21,5 millions d’euros. On imagine tout de même assez mal son club se séparer de son meneur de jeu à la moitié d’une saison qui s’annonce sous les meilleures auspices. A moins d’une offre mirobolante ?

 

G. Mahieu