RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Apnées du sommeil : comment savoir si vous en souffrez ?

woman sleeping with cpap mask because of obstructive sleep apnea

Aujourd'hui, 140.000 Belges sont traités contre les apnées du sommeil. Mais selon les experts, 450.000 Belges pourraient en souffrir, soit 6% de la population adulte. Et si cet écart est si important, c'est parce que la maladie est sous-estimée et que le dépistage est lourd. Le point avec le Dr Orban, médecin généraliste, dans "La Grande Forme".

Le ronflement n'est pas quelque chose dont on parle facilement. Ce sont plutôt d'autres plaintes qui alertent les spécialistes comme par exemple, la fatigue. Ou encore si le patient s'endort facilement devant la télé, ou bien en voiture. Il est important de savoir s'il y a ronflements mais également des apnées, c'est-à-dire que le patient ronfle et tout d'un coup, ça s'arrête, avant une reprise encore plus bruyante de ronflements, explique le Dr Thomas Orban, médecin généraliste.

La plupart du temps, ce sont des apnées régulières et répétées qui engendrent une grosse fatigue dans la journée ; les patients se disent littéralement épuisés, ils ont des difficultés à se concentrer durant la journée.

Cause probable

Ce qui peut expliquer les apnées :

  • Une situation qui bloque les voies respiratoires, comme un affaissement au niveau des tissus ;
  • Des voies respiratoires rétrécies entre le nez et la gorge ;
  • Cela peut également être dû à la prise de certains médicaments- comme des somnifères - ou à la consommation de boissons alcoolisées en soirée

L'importance du dépistage

Notre spécialiste insiste ; il est important de s'autotester. Il existe notamment des tests en ligne ou via des applis pour savoir si on est à risque de faire des apnées.

Le Dr Orban dispose d'un appareil à son cabinet qui permet de faire du dépistage à la maison ; il mesure les mouvements au niveau de la mâchoire et les enregistre dans un boîtier tout au long de la nuit. Le résultat est ensuite analysé par un spécialiste.

S'il y a une suspicion importante d'apnées du sommeil, le patient est alors envoyé à l'hôpital pour passer de nouveaux tests. Un somnologue - spécialiste du sommeil - lui fera alors passer une polysomnographie, il s'agit d'un examen complet et de référence qui permet d'étudier la physiologie du sommeil.

Traitement

Un traitement est utile car cela permet d'éviter les effets secondaires d'une apnée comme un déséquilibre du diabète, du surpoids, de l'hypertension ou encore des maladies cardiovasculaires.

Le traitement se fait via deux grandes voies :

  • On peut notamment avoir recours à une orthèse d'avancée mandibulaire ; un dispositif médical sous forme d'une double gouttière réglable qui permet d'agir sur le ronflement et l'apnée du sommeil modérée. Il est important de demander l'avis d'un ORL. Il existe également des kinésithérapeutes spécialisés dans la kiné mandibulaire.
  • Le traitement CPAP ; consiste à porter un masque sur votre nez et/ou votre bouche, celui-ci injecte de l'air à pression positive et empêche donc le patient de faire des arrêts respiratoires. Il s'agit d'un appareil très silencieux qui n'empêche pas votre compagnon/compagne de dormir. Souvent, les patients ne peuvent plus s'en passer. 

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13h à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

La méthode 10-3-2-1-0 pour trouver rapidement le sommeil

Sommeil

Syllogomanie : syndrome d'accumulation excessive, comment s'en sortir ?

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous