RTBFPasser au contenu

Monde

Angolagate: Ch. Pasqua règle ses comptes avec J. Chirac

Angolagate: Ch. Pasqua règle ses comptes avec J. Chirac
13 nov. 2009 à 15:131 min
Par Belga/RTBF

"En 1995, Jacques Chirac, Dominique de Villepin (alors secrétaire général de l'Elysée), Charles Millon (ministre de la Défense), Hervé de Charette (ministre des Affaires étrangères) étaient informés des ventes d'armes vers l'Angola", a affirmé l'ancien ministre de l'Intérieur lors d'une conférence de presse.

Charles Pasqua, maintenant sénateur, a été condamné en octobre à un an de prison ferme dans le procès de l'Angolagate. Cette vaste affaire de commerce d'armes vers ce pays africain au milieu des années 1990 portait sur 790 millions de dollars. 42 personnes y avaient comparu.

"Aucune de ces personnalités n'a été entendue par le magistrat instructeur", a-t-il ajouté avant de brandir une note du contre-espionnage (DGSE) adressée, selon lui, à "treize destinataires" dans les hautes sphères de l'Etat et mettant en évidence le caractère illégal de la transaction.

"Comment, puisque la justice a estimé que ces ventes d'armes sont illégales, ces autorités n'ont rien fait pour arrêter ces opérations et ne sont-elles pas poursuivies pour complicité ? ", a demandé Charles Pasqua.

Pour lui, Jacques Chirac, parti de la présidence en mai 2007, "a manqué à son devoir". "Je l'accuse de n'avoir pas assumé ses responsabilités" , a-t-il ajouté, qualifiant son comportement d'"inacceptable". Pourtant, "j'en ai suffisamment fait pour lui, j'ai risqué ma peau pour lui".

Belga

Articles recommandés pour vous