RTBFPasser au contenu
Rechercher

WRC

Andrea Adamo distribue les points et s'avoue vaincu : "Dire qu'on va lutter jusqu'à la fin ? Du blabla pour les réseaux sociaux"

13 sept. 2021 à 05:00Temps de lecture1 min
Par Cédric Lizin avec Olivier Gaspard

Andrea Adamo, le patron de l’équipe Hyundai Motorsport, n’était pas particulièrement heureux du dénouement du Rallye de Grèce dimanche : ses pilotes, Ott Tanak, Dani Sordo et Thierry Neuville, ont respectivement terminé aux deuxième, quatrième et huitième places, et n’ont pas pu empêcher leurs rivaux de chez Toyota de s’imposer grâce à Kalle Rovanpera, et de faire un grand pas vers les titres pilotes (avec Sébastien Ogier) et constructeurs.


►►► À lire aussi : Kalle Rovanpera rejoint les dieux de l’Acropole, Thierry Neuville huitième

►►► À lire aussi : Thierry Neuville : "Si Ogier n’a pas de pépins, pour le titre, c’est foutu"


"Je donne un 4/10 à l’équipe ce week-end, a commenté Andrea Adamo, invité à distribuer ses notes au micro d’Olivier Gaspard, l’envoyé spécial de la RTBF en Grèce. C’est réaliste. Ce qui n’a pas été ? Tout ! Mais je mets un 10/10 à notre équipe météo, Ott Tanak les a remerciés en fin de rallye également. Ils ne sont pas connus, mais ils font un boulot étonnant. On les pointe du doigt quand ils font des erreurs, et ça, ce n’est pas beau. Cette équipe fait un très gros boulot, on a toujours pu choisir les bons pneus ce week-end. Les pilotes et les copilotes, je leur donne un 12/10."

"On n’a pas mal préparé ce rallye, a repris le dirigeant italien. On gagne et on perd en équipe. Je me mets un 4/10 à moi aussi. Quand on rencontre encore ici des problèmes qui devraient être résolus, cela veut dire qu’on n’a pas le droit de gagner le Championnat du Monde. Je sais ce que je dois faire, mais je ne vais pas te le dire ! Pour les deux titres, c’est fini. Ce n'est pas mon avis, c'est mathématique. Je ne vais pas vous dire qu’on va lutter jusqu’à la fin, blablabla... Ça, c’est bien pour les réseaux sociaux, pour avoir des likes. Moi, je ne suis pas là pour ça. C’est évident : on est à deux à lutter pour le titre, et Toyota a un très grand avantage. C’est clair. Suis-je menacé ? Non, on ne travaille pas comme ça. Dans d’autres équipes, peut-être, pas chez nous."

Articles recommandés pour vous