Anderlecht: des gardiennes de la paix violemment agressées après le match Belgique-Tunisie

Les faits ont eu lieu lors du match entre les Diables et la Tunisie.
26 juin 2018 à 10:06 - mise à jour 26 juin 2018 à 10:06Temps de lecture2 min
Par Karim Fadoul

Quatre gardiens de la paix, trois femmes et un homme, de la commune d'Anderlecht ont porté plainte. Samedi dernier, ils ont été agressés verbalement et physiquement à l'issue de la rencontre de Coupe de Monde Belgique-Tunisie. 

Les faits se sont produits vers 20 h, non loin du Parc Astrid, le stade du Sporting d'Anderlecht. Alors que deux gardiennes de la paix patrouillaient le long de l'avenue Théo Verbeeck, elles ont été prises à partie par des supporters des Diables. L'une des gardiennes de la paix, interrogée par la RTBF, raconte: "Nous étions en mission de 20 h à 23 h lorsqu'un groupe de supporters, au nombre de six, a commencé à nous interpeller. Au départ, nous pensions qu'ils s'adressaient à d'autres personnes. Mais ils nous visaient moi et ma collègue." Les insultes fusent rapidement, d'après notre interlocutrice. "Ils ont commencé à dire: "Nique la Tunisie, nique le Maroc. On va vous violer, vous tuer!""

De multiples coups, des insultes racistes

Les mots sont durs. Une des gardiennes se dirige vers les supporters pour amorcer la discussion et tenter d'apaiser la situation. En vain. "Je vais à leur rencontrer et je leur demande pourquoi ils nous insultent. Face à moi, il y avait trois hommes et trois femmes. Un des hommes m'a dit: casse-toi sinon je vais te frapper! Je lui ai demandé s'il allait vraiment oser frapper une femme. Ma collègue est arrivée, pour me protéger. Mais les insultes et les menaces ont continué." Jusqu'au moment où la collègue est frappée, au niveau du cou. "Moi, j'ai reçu un coup à la jambe. Nous sommes tombées toutes les deux", poursuit la gardienne.

Sous le choc, elles parviennent à se relever et tentent d'appeler la police. Pendant ce temps, les agresseurs prennent le large, à pied. "Moi, j'ai voulu filmer les agresseurs avec mon téléphone, pour avoir une preuve, pour pouvoir les identifier. En voyant cela, un des agresseurs a fait demi-tour et est revenu vers nous. Il a alors commencé à littéralement tabasser ma collègue. Ils s'y sont même mis à deux." Deux autres gardiens de la paix arrivent sur les lieux. Ils sont également pris à partie, verbalement et physiquement. 

Un coup à la poitrine pour l'une des gardiennes.
Un coup à la poitrine pour l'une des gardiennes. D. R.

16 jours d'incapacité de travail

Résultat: des contusions multiples et une incapacité de travail de 16 jours. "J'ai 25 ans, je suis gardienne de la paix depuis un an. J'ai déjà été insultée. On s'y fait. Mais une agression physique, comme cela, c'est inouï. Je suis encore sous le choc et j'ai peur de retourner travailler."

Le soir même de l'agression, les gardiens de la paix ont été pris en charge par la police de la zone Midi. Plainte a été introduite.

Ce mardi, à l'issue de sa réunion hebdomadaire, le collège des bourgmestre et échevins de la commune d'Anderlecht a décidé de se constituer partie civile et de faire appel à un avocat. "Cette agression est scandaleuse et je la condamne", indique à  la RTBF Eric Tomas, bourgmestre PS. "C'est l'illustration des débordements que l'on peut constater avec des personnes alcoolisées avec la circonstance qu'il y a eu des propos à connotation raciste." Le bourgmestre confirme l'ouverture d'une enquête afin d'identifier rapidement les agresseurs. "Ce n'est pas la première fois que des représentants de l'autorité publique sont agressés. A chaque fois, la commune se porte partie civile", ajoute Eric Tomas.

Il conclut que la police est intervenue rapidement sur les lieux, "moins de trois minutes" après l'appel des gardiens. Selon le mayeur, les rapports de police conteste une éventuelle passivité dans la réaction des forces de l'ordre, au moment des faits.

"Une enquête de voisinage est en cours" afin de trouver des témoins, ajoute de son côté la porte-parole de la zone Midi (Anderlecht, Forest, Saint-Gilles).

Articles recommandés pour vous