RTBFPasser au contenu

Amélie Nothomb passe une troisième fois à côté du Goncourt

Amélie Nothomb passe une troisième fois à côté du Goncourt
04 nov. 2019 à 12:04 - mise à jour 04 nov. 2019 à 12:042 min
Par Camille Toussaint

Elle était dans le carré final du Prix Goncourt 2019 avec son roman "Soif" : l’auteure belge Amélie Nothomb n’a finalement pas décroché le prix, décerné à Jean-Paul Dubois. Ce dernier a remporté, au deuxième tour du scrutin, 6 voix contre 4 pour la romancière belge. Ce n’était pas la première fois qu’elle approchait du but. En 1999 et 2007, elle avait également été sélectionnée sans l’emporter, pour ses romans "Stupeur et tremblements" et "Ni d’Eve ni d’Adam".

Auteure à succès, depuis ses débuts

Née à Etterbeek en 1966, Fabienne Claire Nothomb signe sous le nom d’Amélie Nothomb dès son premier roman, "L’hygiène de l’assassin", en 1992. Le livre est unanimement salué par la critique et le public, et lance sa carrière. Depuis cette première parution, l’auteure publie, avec une régularité sans faille, un ouvrage par an. Métaphoriquement, elle se dit "enceinte de ses romans", indiquant écrire depuis l’âge de 17 ans à raison de quatre heures par jour.

Une personnalité singulière

Parfois qualifiée d’"excentrique", souvent considérée comme "originale", Amélie Nothomb laisse rarement indifférent. Son franc-parler, son allure, et son regard implacable ont construit sa réputation. Livrant beaucoup d’elle-même dans ses livres, elle ne cache pas les nombreux épisodes marquants qui ont jalonné son enfance et son adolescence. Fille de diplomate, elle passe une partie de son enfance au Japon, pays qui la fascinera toujours, puis connaît des déracinements successifs. Dans plusieurs de ses livres, elle se met en scène au travers d’un personnage homonyme présenté comme autobiographique. C’est le cas dans Métaphysique des tubes, Le Sabotage amoureux et Biographie de la faim ainsi que dans Ni d’Ève, ni d’Adam ; tous décrivent l’enfance d’une fille de diplomate, rythmée par d’incessants déménagements au gré des affectations paternelles. D’autres faits marquants ont marqué sa vie et structuré sa personnalité : à l’âge de 12 ans, elle a notamment été victime de viol. Un épisode qu’elle évoque dans "Biographie de la faim". Adolescente, elle tombe dans l’anorexie, et mettra plusieurs années à sortir de la maladie.

Au top des ventes, et récompenses prestigieuses

Qu’on l’aime ou non, une chose est indéniable : chaque année, ses romans se hissent parmi les meilleures ventes littéraires. En vingt ans de carrière, Amélie Nothomb a notamment été récompensée par le Grand Prix du Roman de l’Académie française 1999, le Grand Prix Jean Giono pour l’ensemble de son œuvre et le Prix de Flore 2007. Elle a également été intronisée membre de l’Académie royale de langue et de littérature française de Belgique. En revanche, pour le Goncourt, il faudra encore attendre.

 

 

"Si je n'ai pas le Goncourt, ce n'est pas une humiliation pour moi", déclarait Amélie Nothomb avant de connaître le verdict.

Articles recommandés pour vous