RTBFPasser au contenu
Rechercher

Moteurs

Amaury Bonduel, grand rival de Max Verstappen en karting, vise le titre en Lamborghini Super Trofeo

Amaury Bonduel a pris un nouveau virage dans sa carrière. Le pilote de Baisy-Thy a définitivement tiré un trait sur ses rêves de Formule 1. Il démarre ce vendredi le championnat Lamborghini Super Trofeo, avec le but de devenir pilote officiel Lamborghini.

"On a raté la F1, pour 200.000 euros"

Amaury Bonduel a brillamment gravi les échelons, en karting, en Formule Renault avant de passer à deux doigts de la F3, antichambre de la Formule 1, comme l’explique son Papa, Ghislain Bonduel : " Je pense qu’on a raté la F1, pour une histoire de 200.000 euros. Quand il a roulé à Monza, il s’est bien fait remarquer. Il a fait du simulateur chez Ferrari et il était devant tous les coureurs de F3 ".

"Les bêtes noires du karting c’était Amaury Bonduel et Max Verstappen. Mais Max avait déjà le nom, et une fortune derrière, c’est ça qui a fait la différence ", confie Ghislain Bonduel, le Papa d’Amaury.
"Les bêtes noires du karting c’était Amaury Bonduel et Max Verstappen. Mais Max avait déjà le nom, et une fortune derrière, c’est ça qui a fait la différence ", confie Ghislain Bonduel, le Papa d’Amaury. © Bonduel

"Les bêtes noires du karting c’étaient Amaury Bonduel et Max Verstappen"

Un Brésilien, moins rapide lors des tests, a débarqué avec une valise de dollars, et a reçu le volant en F3. Pour Ghislain c’est clairement l’argent, qui a stoppé net, l’ascension de son fils vers la Formule 1 : Aujourd’hui la F1 et c’est 10% de talent et 90% d’argent. Amaury a roulé en karting avec Max Verstappen et Lando Norris, deux pilotes qui évoluent en F1 mais qui ont des pères milliardaires. Il a roulé avec Max à Genk, ils étaient tout le temps en bagarre. Jos, le Papa Verstappen, venait prendre les chronos d’Amaury parce qu’ils étaient les deux petits kets à battre. Les bêtes noires du karting c’était Amaury Bonduel et Max Verstappen. Mais Max avait déjà le nom, et une fortune derrière, c’est ça qui a fait la différence ".

Amaury Bonduel et Max Verstappen, au coude à coude, en karting.
Amaury Bonduel et Max Verstappen, au coude à coude, en karting. ©Bonduel

Amaury n’aime pas regarder dans le rétroviseur, pour lui ce qui compte c’est le présent et le futur : " Je suis passé au-dessus de cette déception. Il y a énormément de pilotes de talents mais seulement quelques places en Formule 1, alors qu’en GT ou en endurance, c’est plus facile de se faire une place ".

D’autant plus qu’Amaury est aussi performant en monoplace qu’en GT… Une faculté d’adaptation qui a toujours bluffé son papa : " Le grand point fort d’Amaury c’est qu’il est né avec un volant en mains. Tout est naturel pour lui. Il a une faculté d’adaptation incroyable. Il fait 5 ou 6 tours d’un circuit et il l’a directement en tête. Pareil pour les voitures, quelle que soit la voiture, après 5 ou 6 tours il la maîtrise parfaitement. Et puis il garde toujours la tête froide, et il a un coup de volant exceptionnel ".

"Remporter le titre et devenir pilote officiel Lamborghini"

Amaury Bonduel retrouve enfin la compétition, après deux années compliquées. Il participe ce week-end à la première manche du championnat Lamborghini Trofeo, avec son équipe, comme nous l’explique son papa : " On recommence ce qu’on faisait à l’époque quand Amaury a commencé le karting. On a créé notre propre un team avec deux Lamborghinis. Une conduite par Amaury et l’autre par un Gentleman Driver ", un gentleman driver, qui parraine également l’équipe, pour pouvoir boucler le budget pour les 6 manches de la saison, de ce Lamborghini Trofeo.

Amaury débute la compétition avec de grosses ambitions : Cette année j’aimerais bien gagner le championnat, d’abord pour prouver à tous ceux qui se sont investis dans l’équipe qu’ils avaient raison mais aussi pour prouver à Lamborghini que je pourrais faire quelque chose de bien avec eux ".

Le team BDR est un des plus petits mais l’attente est grande, comme le confirme Ghislain Bonduel : Il doit remporter le titre. Il le sait (rires). Il n’a pas le choix. C’est comme ça qu’il peut espérer devenir pilote officiel Lamborghini. La concurrence sera forte mais on a une super équipe avec des ingénieurs au top ".

© Amaury Bonduel

« On a tous la même voiture, le pilote doit faire la différence »

Amaury fait également partie du junior programme de Lamborghini qui rassemble tous les pilotes qui ont entre 18 et 25 ans. Le jeune homme de Baisy-Thy sait que c’est surtout son talent qui fera la différence dans ce championnat très relevé : On a tous la même voiture et le même moteur. La seule chose qui change ce sont les réglages de la voiture. C’est le pilote qui doit faire la différence ", déclare Amaury.

Pour le papa du jeune pilote de 23 ans, tout va se jouer dans les 24 mois qui viennent : " Je pense que d’ici deux ans maximum, sa carrière sera définitivement lancée, il est encore jeune, il n’a que 23 ans, il est bourré de talent. Je pense qu’on va y arriver. Non je ne pense pas, je suis sûr qu’on va y arriver (rires) ".

Amaury débutera sa saison à Imola en Italie et il fera un petit crochet par la Belgique le week-end des 24h de Spa, fin juillet.

Loading...

Calendrier Lamborghini Super Trofeo 2022

Manche 1 : Imola (Italie) 1-3 avril

Manche 2 : Paul Ricard (France) 3-5 juin

Manche 3 : Misano (Italie) 1-3 juillet

Manche 4 : Spa-Francorchamps (28-30 juillet)

Manche 5 : Barcelone (Espagne) (30 septembre/2 octobre)

Manche 6 : Portimao (Portugal) 2-4 novembre

Articles recommandés pour vous