RTBFPasser au contenu

La Grande Forme

"Alors, c’est pour quand le bébé?" Stop à la pression sociale autour du désir d’enfants !

Quand le désir d’enfants tourne à l’obsession… de l’entourage !
05 nov. 2021 à 16:382 min
Par Caroline Depuydt & Daphné Fanon
Vous venez de vous marier et d’emménager avec votre partenaire et vous n’avez pas encore d’enfant… Viennent alors rapidement les : "Alors, c’est pour quand ?!" de belle-maman ou encore les : "C’est quand que tu nous fais un mini-mousse ?" de votre grande sœur. La pression sociale pour avoir un enfant peut être assez insistante de la part de votre entourage. Explications de Dr Caroline, psychiatre et médecin référente dans La Grande Forme.
Ces petites phrases, probablement bien intentionnées, peuvent parfois être mal vécues. Les femmes qui déclarent ouvertement ne pas vouloir d’enfants sont encore minoritaires, mais elles existent : moins de 5% des Françaises sont dans ce cas, selon un sondage qui date de 2012. Mais il y en a probablement beaucoup plus qui n’osent pas l’avouer. Pourquoi ? Il y a des dizaines de raisons de ne pas vouloir être parent :
  • Considérations environnementales,
  • Sentiment de ne pas être prêt, de ne pas avoir trouvé le bon coparent,
  • Sentiment de ne pas avoir les moyens matériels ou affectifs d’accueillir un bébé,
  • Ne pas avoir envie de reproduire des schémas familiaux toxiques,
  • Envie de se réaliser autrement,
  • Etc…

La pression sociale internalisée

Cette pression sociale est quelque chose d’extrêmement internalisé, selon le Dr Caroline. Avant même que quelqu’un nous la mette, on se met déjà cette pression à soi-même. "En tant que personne sans enfant, on va se poser plein de questions et le désir d’enfants peut vite tourner à l’obsession" explique le Dr Caroline. Si on ne souhaite pas avoir d’enfant, on peut ressentir de la honte voire se poser la question de si on est "normal." Aujourd’hui, il est difficile de savoir si on souhaite réellement des enfants, ou si c’est la société qui nous pousse à en vouloir. Les remarques de l’entourage peuvent intensifier cette pression, jusqu’à parfois développer une anxiété massive. Merci donc, maman, de me répéter : "Il est temps de t’y mettre, ma chérie."

Stop à la pression sociale autour du désir d'enfants !

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Quand, à partir d’un certain âge, une femme n’a pas d’enfant, cela intrigue. Est-elle stérile ? Y a-t-il un problème dans son couple ? A-t-elle connu un traumatisme étant petite ? Et en effet, il y a bien une baisse de la fertilité chez la femme après 35 ans. A 40 ans, moins d’une femme sur deux réussira à tomber enceinte après un an de rapports sexuels réguliers, alors qu’à 30 ans, 75% des femmes y arrivent en moins d’un an.

►►► À lire aussi : Elles ne veulent pas d’enfants : "Alors, tu n’es pas une vraie femme"


Le souci, c’est que bien souvent, cette pression se transforme en stress, et le stress diminue la fertilité. Les hormones sexuelles et les hormones de stress sont produites à partir de la même molécule. Elles ont le même précurseur. Donc plus vous êtes stressé à l’idée de ne pas arriver à faire d’enfants, moins vous laissez du précurseur libre pour produire vos hormones sexuelles. Par ailleurs, quand vous faites une remarque du genre "On aimerait tellement être grands-parents…" à un couple, sans le savoir vous appuyez peut-être sur un point sensible. Le couple en question essaie peut-être mais n’y arrive pas. Le couple est peut-être engagé dans une démarche de mise au point sur leur infertilité, ce qui a un impact psychologique important pour eux. Donc prudence pudeur et tact.

La Grande Forme, c’est du lundi au vendredi de 13h à 14h30 en direct sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ou la réécouter en Podcast.
Loading...

Sur le même sujet

12 nov. 2021 à 15:00
4 min
09 nov. 2021 à 19:20
3 min

Articles recommandés pour vous