Regions

Allocations familiales: la Ligue des familles remet une pétition de 10 mètres

Allocations familiales: la Ligue des familles remet une pétition de 10mètres de long

© Tous droits réservés

La Ligue des familles en a profité pour adresser une demande officielle pour siéger au sein des organes de gestion des Organismes d'Intérêt Public qui seront en charge des allocations familiales des bruxellois et des wallons. Les allocations familiales sont en effet devenues des compétences régionales depuis le 01 juillet 2014. La ligue des familles prône un nouveau système d'allocations familiales unique .

La Ligue des familles suggère la suppression des rangs et une allocation unique autour de 160 euros, les allocations par enfant allant pour l'instant croissant selon l'agrandissement des ménages (environ 90 pour le premier, 160 pour le second et 250 pour le troisième). Elle remarque que ce sont les premiers enfants qui engendrent le plus de frais au moment où les couples ont le moins de ressources. Elle propose un supplément d'environ 50 euros à partir de 14 ans et le maintien de suppléments pour les enfants handicapés et orphelins.

Dans un souci de justice sociale, Delphine Chabbert, directrice de la Ligue des familles, recommande "des suppléments à 50 euros en fonction des revenus et non plus des statuts de chômeur, d'invalide et de pensionné, afin de prendre en considération les travailleurs pauvres qui sont souvent des femmes à temps partiel. Ce supplément social est en discussion, mais on ressent déjà un consensus pour la suppression des rangs, qui répond aussi à un enjeu de simplification. Notre système est un des plus compliqués d'Europe, avec environ 700 combinaisons possibles".

Droit de l'enfant

"C'est un droit de l'enfant", estime Céline Fremault. "Le principe d'"un enfant = un enfant" me tient particulièrement à cœur. Notre volonté est donc de tendre vers un système de traitement égalitaire des enfants. Je suis par ailleurs extrêmement sensible à l'évolution des ménages: à l'augmentation du nombre de familles recomposées, au fait que 40% des mères seules vivent en dessous du seuil de pauvreté à Bruxelles... Le nouveau système devra faire preuve de réalisme, de pragmatisme et de modernité".

Des groupes de travail étudient actuellement la question, en tenant compte du principe de neutralité budgétaire.

Près de 10 000 parents ont exprimé leur soutien à ce projet. La Ligue des familles désire ouvrir publiquement le débat avec les ministres compétents. La réponse des ministres n’a pas tardé. " On ne change pas une équipe qui gagne " a déclaré Alda Greoli, la cheffe de cabinet de M. Prévost, ministre wallon des allocations familiales. C’est un signal très positif à l’attention de la Ligue des familles, reconnue comme un acteur incontournable de la gestion des allocations familiales. Les deux ministres remercient la Ligue des familles pour " son action et sa collaboration constructive ". " La manière dont la Ligue des familles conduit aujourd’hui ce débat souligne que les acteurs prennent leur responsabilité. " La ministre Frémault a indiqué sa volonté de " reprendre la compétence avant 2020 ". C’est une bonne nouvelle pour la Ligue des familles qui se félicite également de l’intention d’avoir des systèmes d’allocations familiales les plus cohérents possibles entre Bruxelles et la Wallonie pour ne pas restreindre la " liberté de circulation des familles d’une région à l’autre ".

Belga, Roland Bruneel, Anne Moulard

Sur le même sujet

La Wallonie conteste le saut d'index sur les allocations familiales

Belgique

Articles recommandés pour vous