Ali Aarrass libéré au Maroc: "Le voir enfin libre", l'attente de sa sœur Farida

Ali Aarrass libéré au Maroc: "Le voir enfin libre", l'attente de sa sœur Farida
02 avr. 2020 à 04:00 - mise à jour 02 avr. 2020 à 11:51Temps de lecture3 min
Par Wahoub Fayoumi

Farida Aarrass attend ce moment depuis longtemps... depuis 12 ans exactement. Les autorités marocaines l'ont confirmé: son frère, Ali Aarrass est libéré ce jeudi.

Malgré tous les recours de ses avocats, la mobilisation de son comité de défense, et les avis des ONG, le Belgo-marocain Ali Aarrass, âgé aujourd'hui de 58 ans, aura purgé sa peine, celle qui lui aura été signifiée en appel, jusqu'au bout, entre autres à la prison de Tiflet, au sud de la capitale Rabat. C'est de là qu'il tournera la page ce jeudi.

"C'est la dernière ligne droite... ", dit dans un souffle Farida. Elle attendra son frère à Melilla, dans l'enclave espagnole frontalière du Maroc, chez leur père, qui vit là depuis des années. Des années que elle et ses proches ont passées à militer pour la libération d'Ali. "J'ai le sentiment qu'on en aura vu de toutes les couleurs jusqu'à aujourd'hui, la veille de sa mise en liberté... On aura vraiment vécu tous les affres liés à l'angoisse, toutes sortes d'émotions, appréhension, crainte...  C'est vraiment une épreuve terrible..."

Ce sera ainsi jusqu'au dernier moment, jusqu'au passage de la frontière entre l'Espagne et le Maroc, et l'entrée de son frère sur le territoire de l'Union européenne, avec son passeport belge. "Aujourd'hui encore, on essaie de mettre en place toutes les démarches pour qu'Ali traverse la frontière, et on est encore dans toutes sortes d'angoisses qui nous serrent le ventre et qui nous empêchent de respirer profondément."

Car l'histoire judiciaire d'Ali Aarrass ressemble à un roman rocambolesque.

Soupçonné de trafic d'armes, soumis à la torture

Né en 1962 de parents marocains émigrés dans l'enclave espagnole de Melilla, Ali a grandi en Belgique. Il a la double nationalité, belge et marocaine. Lorsque le Maroc demandera son extradition, Ali Aarrass se trouve à Melilla, ce sont donc les autorités espagnoles qui l’arrêtent en 2008. La justice marocaine le soupçonne de trafic d'armes en relation avec des groupes terroristes.

J'ai le sentiment qu'on en aura vu de toutes les couleurs jusqu'à aujourd'hui

Il nie toutes les accusations, sera blanchi par le juge espagnol Baltasar Garzon, et bénéficiera d'un non lieu. Malgré cela, son extradition sera organisée, la Belgique ne s'y opposant pas.


►►► À lire aussi : Les tortures en images du belgo-marocain Ali Aarrass dans une prison au Maroc


Arrivé au Maroc, Ali Aarrass sera condamné, sur base de ses propres aveux. Des aveux, affirme-t-il, extorqués sous la torture. Des observateurs de Nations Unies attesteront par ailleurs qu'il a bien été soumis des actes de torture, dans la prison de Temara, où il a été détenu.

Une mobilisation intense

La mobilisation de plusieurs ONG internationales, comme celle de son comité de soutien en Belgique (Free Ali) ne changeront pas fondamentalement sa situation: le Belgo-marocain verra sa peine de 15 ans en première instance ramenée à 12 ans en appel. 

Manifestation du Comite Free Ali au Maroc, avec Farida Aarrass
Manifestation du Comite Free Ali au Maroc, avec Farida Aarrass @ comité Free Ali

Le principal grief de ses défenseurs était le manque d'implication de la Belgique dans le dossier, et ce malgré la nationalité belge d'Ali Aarrass.

Sa sœur Farida, elle, restera mobilisée pendant ces 12 années. Pour elle aujourd'hui, c'est la fin d'un long cauchemar. "Quand j'y pense j'ai les genoux qui fléchissent, j'ai l’impression que je perds tous mes moyens à l'idée de le voir enfin libre... C'est quelque chose d’extraordinaire qui va se produire en moi et qui va me soumettre a un état physique et psychologique tel que je vais perdre tous mes moyens."

C'est pour ça qu'elle restera à l'intérieur lorsque son frère franchira la frontière: à cause des mesures de confinement, il leur sera interdit de se serrer dans les bras à l'extérieur: "Je suis en train de me demander si je ne vais pas l'attendre ici chez mon père, et laisser les autres aller l'accueillir à la frontière, et le ramener vers ici, parce que ça va être très compliqué de le voir dehors".

Ali Aarrass retrouvera donc sa sœur et son père à Melilla, avant de rentrer en Belgique, où sa femme et sa fille de 15 ans l'attendent depuis 12 ans.

Articles recommandés pour vous