RTBFPasser au contenu

Cinéma

Alain, Didier, Astérix et les autres…

Il y a 25 ans, Alain Chabat révélait le réalisateur et le labrador qui étaient en lui avec "Didier"
29 janv. 2022 à 06:003 min
Par Nicolas Buytaers

Il y a 25 ans, le 29 janvier 1997, Alain Chabat sortait "Didier". Il y a 20 ans, le 30 janvier 2002, il sortait encore "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre". Le temps d’un article, revenons sur les talents de cet incontournable des Nuls qui est bien loin d’en être un !

Comment tu veux expliquer ça. Un jour t’es un chien, le lendemain t’es un homme. Je crois même pas ce que je viens de dire… La seule explication, c’est comme les trucs bouddhistes, c’est une réincarnation… euh… mais euh… en super-accéléré !

Déjà, il faut le talent de Jean-Pierre Bacri pour que cette réplique sonne juste et drôle. Mais il faut surtout tout le talent d’Alain Chabat pour imaginer cette situation, l’écrire, la réaliser et surtout la jouer. Car qui, à part lui, aurait pu jouer Didier, ce chien devenu en l’espace d’une nuit magique… un homme ? Personne !

Loading...

Ne cherchez plus, il est là le talent de Chabat, nous faire croire à l’impossible et rendre réel l’irréel. Souvenez-vous, c’était le 29 janvier 1997. Dans les salles sortait "Didier", le premier film comme réalisateur d’Alain Chabat. On connaissait l’homme de télévision qui (avec Les Nuls, sa bande) avait déjà dynamité le PAF avec drôlerie, malice et ce petit sens de la trivialité naïve. Aux côtés de Dominique Farrugia, de Bruno Carette (décédé le 8 décembre 1989) et de Chantal Lauby, il incarnait l’esprit Canal, cette insolence souvent imitée mais jamais égalée. Donc oui, après des heures d’antenne composées de journaux télévisés décalés (le "JTN"), une série folle et en apesanteur à la "Star Trek" (c’était "Ojectif Nul"), des sketches mémorables comme "Toniglandyl", des rôles au cinéma (comme dans "Gazon maudit") et cette cultissime comédie qu’est "La cité de la Peur", il n’en fallait pas davantage pour que l’univers sérieusement loufoque d’Alain Chabat s’étale sur grand écran.

Loading...

Il imagine donc "Didier", cette histoire de chien réincarné en homme. Didier, c’est le nom du chien… ou de cet homme-chien fou de baballe qui devient une star du foot sous la houlette de Jean-Pierre (le grand Bacri), agent de joueur. Au départ, il ne doit le garder que quelques jours mais avec la transformation de Didier, il est difficile pour lui de le rendre à sa maîtresse. Et plus le temps passe, plus ces deux-là apprennent à se connaître… tout en partageant quelques leçons de vivre-ensemble…

On ne sent pas le cul des filles… sauf si elles le demandent…

En attendant le succès de cette fantastique comédie fantastique est tel qu’Alain Chabat reçoit l’année suivante, en 1998, le César du Meilleur premier film ! Un film qui en amena un autre, 5 ans plus tard, et non des moindres vu qu’il s’agit du génial "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre" !

Loading...

Nous sommes le 30 janvier 2002 (décidément la fin janvier réussit bien à Chabat) quand sort en salles ce qui deviendra l’un des plus grands succès du Cinéma français avec plus de 14 millions d’entrées. Pour être juste, cet épisode d’Astérix le Gaulois se situe à la 4e place du Top 50 des films made in France les plus vus dans l’Hexagone, derrière "La grande vadrouille" (3e), "Intouchables" (2e) et "Bienvenue chez les Ch’tis" (1er). Mais au-delà de cette très belle place, même si elle flirte avec le podium, on estime que les répliques de ce film font partie des punchlines les plus connues du 7e Art Bleu-Blanc-Rouge.

Loading...

Ce film, combinant parfaitement l’univers d’Albert Uderzo et René Goscinny, les créateurs d’Astérix, à celui d’Alain Chabat, recevra le César des Meilleurs costumes. Il aurait mérité davantage car il met en avant un autre grand talent de son réalisateur : son carnet d’adresses, ses potes, ses fidèles… Bref toutes ces personnes qui ne seraient rien sans Alain Chabat comme Jamel Debbouze, Edouard Baer, la troupe des Robin des Bois (dont Jean-Paul Rouve) et tous les autres seconds rôles du film.

Loading...

Ses autres films derrière la caméra, comme réalisateur, s’intitulent "RRRrrr !!!"(tRRRrrrès bon si vous aimez l’absurde), "Sur la piste du Marsupilami" et "Santa et Cie". On raconte maintenant qu’il imaginerait une série animée pour Netflix à propos de... Astérix ! ?

Loading...

Donc depuis toutes ces années, Alain Chabat n’a cessé de plaire à toutes les générations. Pourquoi ? Parce que son humour est authentique et vrai. Alors oui parfois c’est absurde, parfois c’est délirant, parfois c’est raté (mais rarement) mais tout est assumé et rien n’est jamais méchant gratuitement. Il ne se moque pas, non, il s’amuse avec. Car le secret, il est là : ne pas rigoler de mais avec. Avec nous, bien entendu ! Et comme dirait encore Jean-Pierre dans "Didier"…

Ça me fait de bonnes journées avec toi !

Didier c’est Alain mais pas que…
Didier c’est Alain mais pas que… (Chez Wam)

Sur le même sujet

18 févr. 2022 à 08:30
5 min

Articles recommandés pour vous