RTBFPasser au contenu
Rechercher

AkroPercu : quatuor de percussions délirant

04 févr. 2022 à 07:00Temps de lecture3 min
Par Philomène Parmentier

En route vers le Hainaut où nous rencontrons le quatuor qui clôture cette Belgian Music Week. Aux quatre coins les plus improbables de leur salle de répétition montoise, les membres du quatuor de percussionnistes nous racontent la genèse d’AkroPercu et comment ce projet rythme leurs vies aujourd’hui.

Max est un "créac’tif" de presque 30, originaire de Charleroi, il commence la percussion vers sept ans et voyage ensuite d’académie en académie. Il a étudié au Conservatoire Royal de Mons ainsi qu’à Strasbourg. Durant un de ses cours de musique de chambre, il ressent l’envie de sortir des sentiers battus et de jouer un répertoire de percussion qui soit original et décalé…

Adélaïde est une "folle fonceuse" de 27 ans. Professeure de percussion au Conservatoire de Tournai, ville dont elle est originaire, elle a étudié au Conservatoire Royal de Mons. Lors d’un cours de musique de chambre, elle rencontre quelques étudiants qui composent des partitions pour percussions délirantes…

Sylvie est une "espiègle" de 26 ans qui a étudié la percussion classique au Koninklijk Conservatorium Antwerpen. Professeure de percussion à l’Académie de Vilvoorde, elle est également percussionniste pour le Royal Band of the Belgian Navy. En 2018, elle a été contactée pour devenir binôme d’une percussionniste…

Julien est un "altruiste animé" de 34 ans qui a commencé la percussion vers sept ans, Montois d’origine, il rentre au Conservatoire Royale de sa ville. Il décide avec quelques copains de se lancer dans un projet un peu différent…

Accompagnés d’Antoine le "joyeux vivant" et de Thomas "la force tranquille", ils forment aujourd’hui le quatuor AkroPercu.
Un quatuor à six, sur scène ils sont quatre mais deux binômes ont été créés pour doubler les absents lors de certaines dates et ainsi augmenter les possibilités de concerts, ingénieux !

akropercu.be

AkroPercu c’est un projet de jeunes étudiants en percussion classique, qui souhaitaient apporter une touche d’originalité dans leur pratique. De simples camarades de classe d’un cours de chambre dans le Borinage qui souhaitent apporter quelque chose de différente, d’inhabituel. Ils ont commencé par jouer ensemble, puis, la cohésion grandissant, ils ont affiné leur projet en rajoutant une petite mise en scène. Le groupe ne souhaite pas proposer juste un concert, l’entrée sur scène, l’enchaînement des morceaux, les déplacements sur scène ont donc été chorégraphiés. Puis AkroPercu a rencontré Kamel Benac, qui devient metteur en scène du groupe.

Toujours plongé dans cette volonté d’offrir au public un moment unique, AkroPercu se lance dans l’écriture d’un spectacle, pendant 4 ans, leur spectacle n’a cessé d’évoluer. L’équipe s’étoffe avec l’arrivée de Thomas, doublure d’Antoine et en 2018 de Sylvie, doublure d’Adélaïde. En 2016, l’équipe de percussionnistes s’envole pour le Festival d’Avignon.

S’ensuit l’écriture d’un second spectacle, plus théâtral puisque chaque membre d’AkroPercu développe son propre personnage caricatural. Leur ambition, créer un spectacle accessible tant pour les enfants que pour les adultes. Pour Julien, il est important de se rappeler l’enfant que l’on était. Tous les enfants sont percussionnistes puisque tout est percussion. Qui n’a jamais battu la mesure à coups de lavabo et brosse à dents. C’est cet esprit que l’on retrouve dans les spectacles d’AkroPercu et qui rend la pratique des six jeunes musiciens-comédiens inclassable.

Si le spectacle d’AkroPercu plaît aux enfants, ce n’est pas un hasard, les membres du groupe partagent pour la plupart leur vie professionnelle entre enseignement et composition, créations, spectacles. Adélaïde nous explique d’ailleurs voir certains de ses élèves dans la salle lors de certaines représentations. "À l’époque, les enseignants ne partageaient pas ce genre de choses avec leurs élèves. Et je pense que c’est dommage parce que ça crée une cohésion de groupe. Il y a une cohésion de groupe dans un groupe de percussion et cette cohésion, on la transmet aussi aux élèves en leur présentant le spectacle, en les invitant à venir le voir et aussi, indirectement, à y participer quand on le transmet via le cours."

Loading...

Mais quel est le processus créatif d'un groupe comme AkroPercu qui propose un spectacle musical et théâtral ? Leur concept est original, le groupe détourne des objets de leur fonction première, et raconte des histoires rythmiques. Ils sont capables de tout : exécuter un Haka All Black sur une grosse caisse symphonique, un concerto pour brosses à dents, une partition de pompes à vélo pour jazz antidopage ou des solos pour casiers de bière. 

Ce résultat, ils le doivent à leur cohésion, leur amitié et à tout le temps qu'ils passent ensemble. Leurs délires deviennent des sketchs complètement ahurissants qui ponctuent un spectacle dont le répertoire musical s'étale de Bach à Michael Jackson. Un spectacle qui vous emmène dans un univers absurde de poésies délirantes et de percussions improbables. 

 

Vous n'avez jamais assisté à une de leurs représentations? Il vous faudra vite remédier à ce manquement. D'ici là, découvrez leur univers improbable dans notre interview vidéo.

akropercu.be

Sur le même sujet

Pierre Slinckx : compositeur de musique classique 2.0

Chambre avec vue sur AkroPercu, les acrobates du rythme

Chambre avec vue

Articles recommandés pour vous