RTBFPasser au contenu

Akela, le loup des Fagnes, a-t-il trouvé une âme soeur ?

25 déc. 2020 à 13:191 min
Par Nesrine Jebali

Akela, le loup qui a élu domicile dans les Hautes Fagnes ne se promène plus seul. De nouvelles images exclusives, filmées dans la région des Hautes-Fagnes, il y a deux jours, nous montrent qu’il a peut-être trouvé une congénère.

Ce sont des images très furtives, capturées de nuit par une caméra placée pour surveiller un territoire de chasse.

"Ces pièges photographiques sont utiles. Ça nous permet de suivre le déplacement des animaux et d’en savoir plus sur les comportements", explique Alain Licoppe, coordinateur du Réseau loup.

Sur la vidéo, on y voit deux grands canidés se suivre à quelques secondes de distance. Et pour le Coordinateur du Réseau loup, l’un des deux individus pourrait être une femelle.

"Ce qui nous fait dire qu’il s’agit d’un mâle et d’une femelle, c’est qu’on voit bien un individu qui est de bonne corpulence qui correspond à Akela sur le plateau des Hautes-Fagnes. Le second individu est beaucoup plus frêle".

Une reproduction possible ?

S’il s’agit bien d’un mâle et d’une femelle, il pourrait y avoir reproduction mais attention, ce n’est pas gagné.

"Il faut évidemment que ça matche entre les deux individus. Ce n’est pas parce que les deux loups se sont rencontrés qu’on aura reproduction", rajoute-t-il.

Mais la bonne nouvelle, c’est que nous approchons de la période rut ou plus communément appelé, la saison des amours chez les animaux. Cela pourrait donc aboutir à une reproduction des canidés au printemps.

Une bonne nouvelle

Pour Pascal Ghiette, biologiste au service public de Wallonie, c’est une très bonne nouvelle.

"On attendait ça depuis 2 ans et demi. Akela est un mâle  et il attend qu’un individu de l’autre sexe pour former une meute. Il y a des probabilités non négligeables qu’on aura des louveteaux printemps prochain. Et s’il y a reproduction, les premières images de reproduction pourront apparaître début automne prochain", raconte le biologiste à la RTBF.

Les experts espèrent que cette louve restera dans la zone. Ce qui aurait un impact important sur le développement en Wallonie

Akela, ce nom attribué par la population belge

Le loup qui, auparavant portait le matricule GW926 et qui est fréquemment aperçu dans les Ardennes belges est de lignée germano-polonaise. Il s’est vu attribuer un nom via un système de votes.

Le prénom Akela est arrivé en tête du sondage lancé au mois d’août par le Réseau loup. Plus de 19.000 personnes ont voté.

Une présélection avait été établie par le réseau qui regroupe les naturalistes, les chasseurs, des scientifiques et des administrations mais le choix final avait été effectué par le public. La population a décidé d’opter pour " Akela " avec 39,5% des votes, nom du célèbre personnage du Livre de la jungle, devant Fagnus, Wolfgang, Romulus et Lucky.

© Tous droits réservés

Le loup se nourrit principalement de cerfs, chevreuils et sangliers et attaque les animaux domestiques par facilité, souligne le WWF. Sa présence en Wallonie ne constitue pas une grande menace et est même bénéfique pour la nature et la biodiversité en Wallonie.

© Roger Herman

Articles recommandés pour vous