RTBFPasser au contenu

Hainaut Matin

Aiseau-Presles : des caméras installées dans les cimetières pour mettre fin au vandalisme

Une caméra a été installée pour surveiller le cimetière en permanence.

Souriez, désormais vous êtes filmés quand vous entrez dans le cimetière de Roselies à Aiseau-Presles. À l’entrée, une caméra filme les lieux permanence. "On nous a reproché de ne pas assez surveiller le cimetière. Et puis, cela coûte cher de payer un employé pour ouvrir et fermer l’endroit. Ce qui a surtout motivé notre décision, c’est la profanation, à plusieurs reprises, des urnes et des tombes. Un choc pour les habitants", explique Jean-Fersini, Bourgmestre d’Aiseau-Presles.

Le cimetière est très calme en journée. Quelques personnes viennent rendre hommage à leurs morts. Assise sur une tombe avec son neveu, Beatrice peint en lettres d’or le nom inscrit sur la sépulture de sa fille décédée il y a 7 ans. "Parfois, je viens plusieurs fois par jours. Aujourd’hui, c’est déjà la troisième fois", raconte la maman endeuillée.

Depuis plusieurs années, Béatrice a beaucoup de travail avec l’entretien de la tombe. Elle est victime de dégradations récurrentes et des vols d’objets. "On a volé de nombreuses fois sur la tombe de ma fille. Des garnitures, des petits anges… Une fois, j’ai déposé des fleurs et le lendemain, elles n’étaient plus là ! Je ne comprends pas. C’est déjà douloureux de venir se recueillir, c’est encore plus dur quand on découvre la tombe dans cet état".

Béatrice repeint la tombe de sa fille suite à des dégradations subies la veille.
Béatrice repeint la tombe de sa fille suite à des dégradations subies la veille.
Béatrice repeint la tombe de sa fille suite à des dégradations subies la veille.
De nombreux habitants sont victimes de pillages et de dégradations sur les sépultures de leurs défunts.

Des cendres répandues dans les jardins

Plusieurs habitants ont été victimes des mêmes faits. "Un jour, on a volé des urnes et on les a répandus n’importe où. Il y a quand même d’autres jeux que de s’amuser avec les morts", explique Georges, un habitant du quartier adjacent au cimetière. "Il y a 3 ans, on a tout saccagé. On a volé des urnes, on les a déposés dans les poubelles. Des voisins ont retrouvé des cendres éparpillées dans leurs jardins", ajoute Pascale, fleuriste à Roselies.

La commune espère dissuader les vandales par l’installation des caméras. "Ce sont des caméras qui couvrent toute la surface des cimetières. On peut lire la plaque des véhicules et identifier des individus. La police est habilitée à lire les images et les utiliser. Cela peut aider si des citoyens déposent plainte", détaille le Bourgmestre.

Béatrice est soulagée. Elle espère ne plus être victime de vandalisme et devoir subir de nouveaux traumatismes. "La première fois que cela m’est arrivé, je l’ai signalé à la commune. On m’a demandé de prendre des photos pour apporter des preuves. C’était traumatisant pour moi de prendre des clichés de la tombe de ma fille. Depuis, j’ai pris l’habitude. Avec la caméra, je ne vais plus devoir le faire. J’espère que cela permettra d’attraper les profanateurs".

Pour l’instant, 2 cimetières sur 5 de l’entité d’Aiseau-Presles sont équipés de caméras de surveillance.

Les cimetières d'Aiseau-Presles équipés de caméras de surveillance

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous