RTBFPasser au contenu
Rechercher

Airbus va cesser la production dans une de ses usines espagnoles

29 juil. 2021 à 15:39Temps de lecture1 min
Par Belga

Airbus s'apprête à fermer son usine de Puerto Real, dans le sud de l'Espagne, à la suite notamment de l'arrêt de la production de l'A380, et va transférer ses salariés vers un autre site situé à proximité.

Avec l'arrêt du programme A380 et le reste de l'activité consacrée aux long-courrier "quasiment divisée par deux" du fait de l'épidémie de Covid-19, "le site de Puerto Real s'est retrouvé avec un très fort niveau de sous-capacité et en grande difficulté sur la compétitivité et sur son propre futur", a expliqué jeudi à l'AFP le président exécutif d'Airbus Guillaume Faury.

"La solution sur laquelle on avance, c'est de regrouper les activités restantes de Puerto Real essentiellement sur le deuxième site de la baie de Cadix", le CBC, situé à une vingtaine de kilomètres de là, a-t-il expliqué.

350 emplois menacés

L'usine de Puerto Real compte environ 350 salariés, celle du CBC, spécialisé dans l'aviation militaire environ 400. L'impact social sera très limité, selon le groupe.

"Ce regroupement permet de garder la très grande majorité des emplois dans la région. S'il y a évidemment une forme de résistance d'un certain nombre d'acteurs locaux sur le fait que le site de Puerto Real soit fermé, ça permet quand même de faire les choses de façon responsable vis-à-vis des gens", a-t-il estimé.

►►► À lire aussi : Coronavirus : Airbus, Boeing, Embraer, les turbulences continuent pour les avionneurs

Airbus, qui employait avant-crise plus de 12.600 salariés en Espagne, principalement dans les activités de défense, a supprimé 900 emplois dans le cadre de son plan de suppression de 15.000 postes dans le monde tout en évitant les licenciements.

 

Sur le même sujet...

Archive : JT du 15/12/2017

Airbus: Zone de turbulences

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Qatar Airways maintient 13 Airbus A350 au sol : certaines pièces se dégradent trop vite

Economie