RTBFPasser au contenu
Rechercher

Agatha Christie aurait eu 130 ans : son œuvre en BD

agatha christie
03 oct. 2020 à 05:30 - mise à jour 03 oct. 2020 à 09:21Temps de lecture2 min
Par Jacques Schraûwen

Agatha Christie, cette année, aurait eu 130 printemps. Son œuvre, étrangement, est toujours à la mode. Il suffit de voir les séries télés et les films qui, régulièrement, s’attaquent avec plus ou moins de succès à ses romans. Miss Marple, par exemple, ou le Belge Hercule Poirot.

La Mystérieuse Affaire De Styles (dessin : Romuald Gleyse – scénario : Jean-François Vivier – éditeur : Paquet – 64 pages)

"Styles"
"Styles" Paquet

Dans ce livre, c’est Hercule Poirot qui est à l’honneur. Un Hercule Poirot à ses tout débuts…

Nous sommes en 1917. Dans une grande demeure, la propriétaire, remariée à un homme bien plus jeune que lui, meurt empoisonnée. Et c’est donc un certain Hercule Poirot, Belge expatrié pour cause de grande guerre, qui va résoudre l’affaire, grâce à ses petites cellules grises.

Le dessin de Romuald Gleyse, est classique, semi-réaliste, efficace. Le scénario de Jean-François Vivier est fidèle au roman originel, avec quelques raccourcis bienvenus.

Et le grand plaisir, le grand intérêt de ce livre, c’est de découvrir un Hercule Poirot qui n’est pas encore trop imbu de lui-même, qui plaisante, qui s’intéresse, aux femmes. Un détective privé sympathique, avenant, dans un livre, donc, très agréable…

Ils Étaient Dix (dessin : Callixte – scénario : Pascal Davoz – éditeur : Paquet – 80 pages)

Dix petits nègres
Dix petits nègres Paquet

Le roman à la base de ce livre-ci est bien plus connu, et, en outre, sujet à polémique depuis quelques semaines…

Il s’agit de " Dix petits nègres ", renommé " Ils étaient dix " pour satisfaire à une certaine vox populi… Personnellement, je n’ai jamais trouvé que le titre de départ avait quoi que ce soit comme connotation raciste, ni dans son intitulé ni dans le déroulement de son intrigue… Mais bon, acceptons ce côté politiquement correct, que Christie avait d’ailleurs accepté elle-même lors de la parution de ce roman aux Etats-Unis…

L’île du Nègre devient l’île du soldat, pour ne choquer personne, mais, pour l’essentiel, le canevas de l’intrigue d’Agatha Christie est respecté. Sur une île, un grand lieu clos, dix personnes se font assassiner, sans aucune explication logique ni rationnelle possible.

Le thème du lieu clos n’était pas neuf dans l’univers du " polar " classique, loin s’en faut, mais Christie a réussi à rompre avec tous ce qui avait déjà été écrit sur ce sujet, faisant de ce livre un vrai chef-d’œuvre de la littérature mondiale.

Le scénario de Pascal Davoz réussit à mettre en avant tous les thèmes abordés par Agatha Christie : cette histoire parle des failles que tout être humain possède, elle tire dans tous les sens, attaquant la religion comme la justice, la médecine comme l’armée, et ce en faisant des protagonistes de son récit des personnages sociologiquement emblématiques… Et le principe du lieu clos permet à son adaptation d’être très théâtrale. Cette suite d’actes et de scènes sied particulièrement bien au dessin de Callixte. On est un peu dans la veine classique de la bd policière des années 70 et 80, mais ce n’est pas un défaut, puisque le plaisir de la lecture est au rendez-vous.

Deux bons livres de divertissement, dont un des avantages est aussi de donner envie de relire Agatha Christie, cette reine de l’intrigue classique, du roman policier dans ce qu’il peut avoir de plus passionnant…

Articles recommandés pour vous