RTBFPasser au contenu

Belgique

AG baisse les taux des assurances groupe: les pensions complémentaires menacées?

AG baisse les taux des assurance de groupe: les pensions complémentaires menacées?
10 oct. 2012 à 09:08 - mise à jour 10 oct. 2012 à 10:322 min
Par Jean-François Herbecq

Les pensions complémentaires dites du "deuxième pilier" sont financées par des cotisations payées par les employeurs et les salariés. Elles complètent le "premier pilier", la pension légale, tout comme le "troisième pilier", l'épargne-pension individuelle et encouragée fiscalement.

En Belgique, 3 millions de travailleurs bénéficient d'une telle pension financée en partie par l'employeur, en plus de leur pension légale. Ce complément prend soit la forme d'une assurance de groupe et offre un rendement garanti par la loi de 3,25% ou de 3,75%, soit la forme d'un fonds de pension, mais sans rendement garanti, bien qu'en général plus élevé.

Avec la crise et la chute des taux d'intérêt au niveau européen ou belge, les assureurs et les fonds de pensions disent depuis longtemps ne plus pouvoir garantir le rendement minimum prévus jusqu’ici par la loi. Ils souhaitent qu'il soit revu à la baisse. Certains, Allianz, P&V/Vivium, Axa et Mercator, ont déjà abaissé cet été le taux pour les nouveaux contrats, mais sans toucher aux contrats existants.

AG brise le tabou

AG est passée à l'acte en annonçant une baisse du taux garanti en assurance groupe pour les contrats existant, et ce dès le 1er janvier prochain, comme le relate L'Echo. "Dans le contexte actuel sur les marchés, continuer à garantir un taux d’intérêt de 3,25% serait irresponsable, dit Jean-Michel Kupper, administrateur directeur AG Employee Benefits. AG Insurance entend bien rester un assureur solvable et sain, capable de respecter tous ses engagements à l’égard de ses clients et de leurs collaborateurs, maintenant et dans le futur."

Les nouveaux versements verront leur taux réduit à 2,25% (contre 3,25%) à partir du 1er janvier 2013. Les réserves déjà constituées conservent leur rendement.

Pression sur les pensions complémentaires

Comme le souligne L'Echo, ce minimum garanti ne va pas empêcher de dégager un rendement égal au minimum légal. Si ce n'est pas le cas, ce sera à l'employeur de compléter. Employeurs et assureurs sont donc partisans d'un abaissement du minimum légal, une question à évoquer lors des discussions pour le prochain accord interprofessionnel dès décembre prochain.

Le ministre des Pensions, Vincent Van Quickenborne, n'y est pas favorable, soulignant dans L'Echo que le rendement légal est à respecter au moment de la pension, pas chaque année. Les syndicats aussi y sont opposés.

Cette baisse décidée unilatéralement par AG qui a une part de marché de 30% va sans aucun doute mettre un peu plus la pression sur les prochaines négociations, surtout si d'autres assureurs groupe emboîtent le pas à AG.

RTBF

 

 

Sur le même sujet

04 déc. 2014 à 20:09
1 min
12 sept. 2013 à 18:15
1 min