RTBFPasser au contenu

Afrique du Sud: Jacob Zuma esquive les questions et invoque les trous de mémoire

Afrique du Sud: Jacob Zuma esquive les questions et invoque les trous de mémoire
16 juil. 2019 à 13:26 - mise à jour 16 juil. 2019 à 13:263 min
Par Valérie Hirsch

Pendant sa seconde journée d’audition devant la commission d’enquête anti-corruption, Jacob Zuma a plaidé l’ignorance et invoqué des trous de mémoire. L’enquêteur, Paul Pretorius, l’a interrogé sur les accusations de deux témoins entendus par cette commission présidée par le juge Zondo, qui enquête sur la "capture de l’État" par les Gupta, des hommes d’affaires originaires d’Inde, devenus richissimes sous la présidence de Zuma (2009-2018).

L'ex directeur de la communication du gouvernement, Themba Maseko, avait déclaré avoir été convié par les Gupta en 2010. En route, il aurait reçu un appel de l’ex-chef d’Etat, lui demandant "d’aider les Gupta". Ces derniers voulaient que le budget de publicité du gouvernement (plus de 30 millions d’euros) revienne entièrement à leur quotidien, "New Age", et leur chaîne de télévision ANN7 – lancés à l’initiative de Zuma lui-même. Maseko avait refusé. Et perdu son poste peu après. "Je n’ai jamais donné l’ordre" (de le limoger), a rétorqué ce mardi matin l’ex-président, qui ne se souvient pas du coup de fil donné à Maseko.

Zuma a aussi réfuté le témoignage de Vytjie Mentor, conviée à la résidence des Gupta la même année. Cette ex-députée de l’ANC affirme que ces derniers lui ont offert le poste de ministre des Entreprises publiques, à condition qu’elle annule la ligne vers l’Inde desservie par la compagnie aérienne SAA (les Gupta voulaient favoriser deux autres compagnies, basées en Inde et Abu Dhabi). Selon Mentor, Zuma se trouvait dans une pièce voisine. "Je n’étais pas présent ", a affirmé l’ex-président, qui a ajouté que les Gupta n’étaient jamais intervenus dans la nomination de ministres.

Complot international et "espions infiltrés"

Zuma ne veut rien lâcher. "On m’a présenté comme le roi de la corruption, mais je n’ai jamais rien fait d’illégal". Selon lui, la commission Zondo, qui doit recommander au président Cyril Ramaphosa sur d’éventuelles poursuites judiciaires, est illégitime. Elle a été créée suite aux recommandations de l’ex-médiatrice de la République Thuli Madonsela. Mais, selon Zuma, cette dernière ferait partie d’un complot international visant à le neutraliser. L'ancien chef des services secrets de l’ANC jusqu’en 1991 serait un danger, car il aurait détecté des "espions infiltrés par deux agences internationales" au sein du parti. Ce lundi, l’ex-chef d’Etat, qui affirme avoir subi plusieurs tentatives d’assassinats, a brandi une feuille contenant liste d’"espions". Et il a lâché plusieurs noms, notamment ceux d’un ex-ministre et d'un ancien général.

Ces accusations "sont sérieuses", a déclaré le secrétaire général de l’ANC, Ace Magashule, venu soutenir Zuma à la commission. Ce dernier cherche à utiliser la commission Zondo pour affaiblir Cyril Ramaphosa dans la lutte des factions qui divise l’ANC. "Zuma a repris une vieille tradition de discréditer les opposants de l’ANC en les traitant d’espions, ce qui était parfois correct dans le passé,  vu le niveau d’infiltration des postes élevés par le régime d’apartheid. Cela ne va faire qu’augmenter la polarisation que l’on observe depuis la victoire étroite de Ramaphosa (lors de son élection à la tête de l’ANC en décembre 2017). Zuma, qui se présente comme le seul vrai révolutionnaire, peut gagner du soutien à la base du parti."

"Très peu de gens qui étaient dans la lutte le croient, confie le général Siphiwe Nyanda, l’une des personnalités accusées d’être un espion. Il est vrai qu’il y a eu des gens infiltrés dans nos rangs, qui ont provoqué la mort de camarades. Mais comme chef des renseignements, Zuma n’aurait pas dû garder ces informations pour lui. Il n’a aucun scrupule."

Archives : Journal télévisé 14/02/2018

Rappel des faits qui étaient déjà reprochés à Jacob Zuma juste avant sa démission.

Jacob Zuma, désavoué par son parti, a parlé

JT 19h30

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous