RTBFPasser au contenu

Monde

Afghanistan : Biden, sous pression, défend l’opération d’évacuation, "l’une des plus difficiles de l’histoire"

Afghanistan : Biden, sous pression, défend l’opération d’évacuation, "l’une des plus difficiles de l’histoire"

Joe Biden a affirmé vendredi que l’opération massive d’évacuations à l’aéroport de Kaboul était "l’une des plus difficiles de l’histoire", dont il ne pouvait garantir "l’issue finale", alors que des milliers de civils américains et afghans tentent de fuir le pays après le retour au pouvoir des talibans.


A lire aussi : Sur l’Afghanistan, Biden bien seul face à des Américains déçus et à des alliés amers


Ces évacuations ont été suspendues plusieurs heures à l’aéroport de la capitale afghane, en raison de la saturation des bases américaines dans le Golfe, notamment au Qatar, vers où les évacués sont dirigés dans un premier temps, a admis vendredi un responsable du Pentagone.

Je ne peux pas promettre ce qu’en sera l’issue finale

Ce pont aérien est "l’un des plus importants et difficiles de l’histoire" et les Etats-Unis sont le "seul pays capable" de l’organiser, a affirmé M. Biden lors d’un discours à la Maison Blanche, en annonçant que 13.000 personnes avaient été évacuées par l’armée américaine depuis le début des opérations le 14 août.

"Je ne peux pas promettre ce qu’en sera l’issue finale" ni qu’il n’y aura pas "de risques de pertes" en vies humaines, a pourtant déclaré le président, assurant que les alliés de Washington ne remettaient pas en cause la "crédibilité" américaine de mener à bien cette opération, malgré les récentes scènes de chaos à l’aéroport.

Des soldats américains sont sortis de l’aéroport de Kaboul pour récupérer 169 personnes à proximité, a indiqué vendredi le Pentagone.


►►► À lire aussi : Que se passe-t-il en Afghanistan ? 6 questions-réponses pour mieux comprendre


Les évacués sont en majorité des citoyens américains que les talibans laissent entrer. Mais de nombreux Afghans, notamment ceux ayant travaillé pour les Etats-Unis et détenteurs d’un visa d’immigration spéciale (SIV) pour eux et leurs proches, ne peuvent pas accéder à l’enceinte sécurisée par plus de 5000 militaires américains.

Ces civils craignent des représailles des talibans, qui ont pourtant promis l’amnistie à ceux ayant collaboré avec les forces étrangères. D’autres, militants des droits humains, journalistes ou activistes politiques, sont considérés comme "vulnérables" car eux aussi les cibles des islamistes.


A lire aussi : Alexander De Croo : en Afghanistan, "on fait tout pour limiter au maximum les risques"


"Ils sont presque aussi importants" que les citoyens américains, a assuré Joe Biden en indiquant que les Etats-Unis étaient "en contact permanent" avec les talibans pour "assurer que les civils aient un accès sûr à l’aéroport".

Le gouvernement américain est sous le feu des critiques pour son manque de préparation face à l’afflux des candidats à l’exil qui a provoqué depuis dimanche des scènes de chaos dans et autour de l’aéroport international.

Lundi, le président américain avait fait une première courte intervention télévisée, défendant "fermement" sa décision de retirer d’ici le 31 août les troupes américaines d’Afghanistan, où elles combattent depuis vingt ans.

Deux jours plus tard, dans un entretien à la chaîne ABC, Joe Biden a expliqué que le retrait américain aurait invariablement provoqué une forme de "chaos" dans le pays.

Les images de civils paniqués se pressant devant les grilles d’entrée ou tentant de s’accrocher aux avions qui allaient décoller ont choqué l’opinion américaine, pourtant largement favorable au retrait des troupes jusqu’à cette semaine, alors que l’administration Biden promettait des évacuations fluides et organisées.

Tous les Américains qui veulent rentrer à la maison rentreront à la maison

Joe Biden a promis que "tous les Américains qui veulent rentrer à la maison rentreront à la maison", sans vouloir confirmer que l’armée resterait à Kaboul après la date butoir du 31 août.

"Abandonner des Américains à la mort est un manquement au devoir impardonnable, qui restera comme une infamie", a assuré vendredi dans un communiqué l’ex-président républicain Donald Trump, demandant une nouvelle fois la "démission" de son successeur.

C’est pourtant lui qui avait décidé au départ d’un retrait avec un calendrier encore plus serré.

Extrait d’une interview de Joe Biden dans notre JT du 19 août :

Retrait


A lire aussi : "Les avions ne sont pas remplis", dit Sophie Wilmès, les ministres rapportent des évacuations compliquées depuis Kaboul


Dans le camp démocrate, des voix ont aussi regretté que le gouvernement n’ait pas anticipé les conséquences de ce retrait et l’effondrement du régime afghan en une dizaine de jours seulement.

Joe Biden a toutefois de nouveau défendu sa décision de retrait, expliquant que l’Afghanistan ne menaçait plus "l’intérêt national" des Etats-Unis.

"Nous sommes allés en Afghanistan avec l’objectif express de se débarrasser d’Al-Qaïda et d’avoir Oussama ben Laden, nous l’avons fait", a-t-il rappelé.

Mais depuis, "la menace terroriste s’est métastasée, il y a des dangers bien plus importants" du groupe Etat islamique et d’Al-Qaïda et ses affiliés ailleurs qu’en Afghanistan, a-t-il dit.

Nous sommes allés en Afghanistan avec l’objectif express de se débarrasser d’Al-Qaïda et d’avoir Oussama ben Laden, nous l’avons fait

Environ 5700 personnes ont été évacuées par l’armée américaine en 24 heures, a indiqué la Maison Blanche après l’allocution présidentielle.

Au total, environ 18.000 personnes ont quitté le pays grâce aux avions américains depuis la fin juillet.

Les Etats-Unis prévoient d’évacuer en tout plus de 30.000 Américains et civils afghans via leurs bases au Koweït et au Qatar.

Sujet du 18 août (JT)

Articles recommandés pour vous