RTBFPasser au contenu

Jupiler Pro League

Affaire Charleroi-Standard : "Je ne crois pas qu'on répare une injustice en en créant une autre"

Affaire Charleroi-Standard : "Je ne crois pas qu'on répare une injustice en en créant une autre"
20 févr. 2017 à 21:22 - mise à jour 20 févr. 2017 à 21:221 min
Par RTBF

La Cour Belge d'Arbitrage pour le Sport (CBAS) a rendu ce lundi sa décision concernant le dossier de l'arrêt du match de championnat du 4 décembre 2016 entre Charleroi et le Standard. Cette rencontre avait été arrêtée par l'arbitre Serge Gumienny après moins de 70 minutes, alors que le score était de 1-3 en faveur des Rouches.

La CBAS a décidé qu'aucun point ne serait attribué pour ce match. En revanche, le Standard n'écopera pas du match à huis clos initialement prévu.

L'Union belge s'est dite satisfaite qu'une décision soit tombée dans les temps.

Sur le plateau de La Tribune, le choix de la CBAS a fait l'objet d'un débat animé. Cela a commencé sur la lenteur de la décision. "Attendre entre le 4 décembre et le 20 février pour décider cela, c'est une manière de falsifier la compétition", a ainsi déclaré d'entrée Rodrigo Beenkens.

Et Stephan Streker d'enchaîner : "Sur le fond, je trouve que c'est une décision catastrophique et débile car totalement anti-sportive. Cela ne tient pas debout et cela vient d'un règlement ridicule. Ce qui est certain, c'est que les supporters du Standard vont éprouver un sentiment d'injustice et ils auront bien raison, exactement comme les supporters de Charleroi ont éprouvé la saison dernière un sentiment d'injustice. Et ils avaient bien raison aussi. Je ne crois pas qu'on répare une injustice en en créant une autre".

Philippe Albert rejoint Stephan Streker en rappelant : "A l'époque où la rencontre s'est disputée, Charleroi n'y était plus physiquement et si le match ne s'arrête pas, je pense que le Standard le gagne 1-4 ou 1-5. Au niveau sportif, le Standard était plus fort ce jour-là et on aurait peut-être mieux fait de rejouer la dernière demi-heure à huis clos".

Y aura-t-il une suite dans ce dossier ? "Le Standard de Liège va prendre le temps d'étudier les motivations de cette décision et se prononcera dans les prochains jours par rapport aux suites qu'il entend éventuellement apporter à cette affaire" a simplement réagi le club liégeois.

Articles recommandés pour vous