Salut les copions

"Ado, j’avais les cheveux les plus longs de la classe et des pantalons pattes d’éléphants". Découvrez qui était le jeune Pierre Kroll !

Pierre Kroll a 6 ans, 12 ans, et 18 ans.

© Pierre Kroll

Quel genre d’élève était Pierre Kroll ? Son pire souvenir de plat servi à la cantine, son look, ses amis d’enfance, ou encore, LA chanson qui le faisait vibrer à l’époque, découvrez l’interview "quand j’étais copion" de Pierre Kroll, invité par Walid, ce jeudi dans Salut les Copions.

Quel genre d’élève étais-tu à l’école ?

J étais plutôt dans les bons élèves. Très bien coté en primaire, moins bien après parce que bavard, impertinent, chambardeur, " brosseur " et dessinant tout le temps.

C’était quoi ta matière préférée et pourquoi ?

Je vais vous étonner : j’aimais le cours de dessin mais j’étais le seul de la classe et je faisais du coup les devoirs de beaucoup d’autres. Je détestais le cours de gym (à cause des profs de gym)

Et la matière où tu étais vraiment nul ?

J’ai beaucoup raté en math, physique et chimie mais en seconde session je faisais de super cotes parce que j’avais étudié ! J’ai d’ailleurs réussi en architecture où c’est bourré de math ! Je n’étais pas brillant en gym ni en néerlandais.

Tu voulais faire quoi comme métier quand tu étais écolier, étudiant ?

Dessinateur ! Architecte ou vétérinaire mais avec des lions en Afrique. J’ai quand même réussi à être diplômé en architecture et à faire dessinateur de petits Mickeys donc c’est pas trop mal.

As-tu déjà triché à un exam ?

Évidemment, de diverses façons dont le classique regard sur la copie du voisin ce qui est très con quand c’est pour recopier exactement les mêmes erreurs !

Quelle est ton astuce pour un copion parfait ?

J’ai copié tout mon cours de chimie en mini-minuscule au crayon sur tout mon tableau de Medeleïev ! Parfois la confection d’un copion prenait trois fois plus de temps qu’étudier la matière en aurait pris !

Raconte-nous ta pire bêtise/punition à l’école.

Oh… J’étais surtout puni pour des dessins qui circulaient faisant marrer la classe ! Fumer dans les couloirs. Sécher les cours pour aller sur les autos-scooters sur la foire de Liège… Où les pions venaient me rechercher ! Et le jour où j’ai fait croire au prof de natation que je m’appelais Mark Spitz (7 médailles d’or aux JO de Munich en 72) . Ça a marché 2 minutes à tout casser !

Tu te souviens de ton pire prof ? Décris-le-nous !

Mijeotte était un prof de physique épouvantable, une tête de prof sortie d’une bédé de Gotlib. . Delbrouck, prof de néerlandais, avait décidé qu’il me " materait " (c’était son expression). Il donnait des punitions comme copier des pages de dictionnaire avec les voyelles en rouge, les consonnes en bleu, la ponctuation en vert… J’en avais jusqu’à minuit !

A quoi tu jouais pendant les récréations ?

Ça dépend de l’âge évidemment. Je me souviens des cartes de bagnoles ou d’avions, etc. avec des valeurs différentes. Une sorte de jeu de bataille.

C’était qui ton meilleur pote ? Vous êtes toujours en contact ?

Avec un autre beau gosse ( ! ), Stéphane, on partageait nos histoires de petites amies, voire nos petites amies. Bernard, lui, m’apprenait à jouer de la guitare. Il est dentiste maintenant ! Nous ne nous voyons plus.

C’était quoi LA chanson à la mode quand tu étais étudiant ?

Ben, j’ai été étudiant pendant 18 ans ! Il y en a eu pas mal !  ! En humanité, j’étais fan de Polnareff, mais c’était peu partagé. Je ne peux pas en citer un pardessus toutes. Allez… Maxime Leforestier avec San Francisco ?

Le pire plat qu’on servait à la cantine ?

Au dîner " froid " je détestais l’odeur des oranges mélangée au pain beurré dans les boîtes à tartines. Au dîner " chaud " y avait des frites lamentables.

C’était quoi les accessoires " mode " indispensables quand tu étais à l’école ?

Les " premiers de classe " avaient des " attachés-cases " noirs. Tous les autres et moi, jamais une mallette mais une ceinture autour de quelques livres (qui tombaient donc tout le temps). Une machine à calculer Texas Instrument ! Les bics avec la fille qui devient nue quand on les retourne et que l’encre descend !

Tu peux nous décrire ton look de l’époque ?

Ado, c’était les cheveux les plus longs de la classe, des pantalons pattes d’éléphants. J’avais un jeans avec un marteau et une faucille que ma sœur avait brodés sur la poche arrière. Des sabots ! J’ai connu la mode passagère des lunettes de soleil miroir, des montres Kelton, des premiers sweat-shirts d’universités américaines qu’on ne savait même pas où elles étaient !

Retrouvez Pierre Kroll aux côtés de Walid et de son équipe de copions, ce jeudi 17 novembre, dès 16h sur la Première.​​​​

Sur le même sujet

Une sourire farceur et une technique de triche culottée. Qui était le petit Frédéric Waseige lorsqu’il était à l’école ?

Salut les copions

Walid appelle Gilles Dal au tableau pour son spectacle "BLA BLA BLA"

Salut les copions

Articles recommandés pour vous