On n'est pas des pigeons

Acheter un vélo sur commande ? Pour la livraison, il faudra s’armer de patience !

© Getty images

09 sept. 2021 à 14:47Temps de lecture2 min
Par Paul-Henri Burrion

Si vous devez réparer votre vélo, ou en commander un nouveau, accrochez-vous, car l'arrivée des pièces ou de votre nouvelle bécane n'est pas pour demain. 

Si vous ne trouvez pas votre bonheur dans le stock de votre magasin et que vous devez passer commande en usine, impossible d’avoir une date précise de livraison.

Acheter un vélo, pas si simple !

"Ce ne serait pas très honnête de donner un délai précis, alors qu’on n’en a pas." , confirme Daniel Kaise, gérant de Top Cycle.

Comment en est-on arrivé là ? C'est l’augmentation de la demande associée à la crise sanitaire qui a renforcé notre dépendance à une production localisée en Asie.

On est assez dépendant de l’Asie aujourd’hui. C’est bien ça qui pose problème.

"Vous avez le cadre, le châssis qui, dans la plupart des cas, est fabriqué en Asie. Vous avez les éléments de freinage, la transmission, chaîne, pignon, dérailleur. Tout ça est fabriqué aussi en grande partie en Asie. On est assez dépendant de l’Asie aujourd’hui. C’est bien ça qui pose problème.", souligne encore Daniel Kaise.

En commandant un vélo chez un artisan, les délais ne seront pas moins longs 

Midsection of businesswoman repairing bicycle in city

On part du tube d’acier et on fabrique le cadre entièrement et la fourche.

Nicolas Noblet fabrique des cadres sur mesure, des vélos brasés à la flamme.

"On part du tube d’acier et on fabrique le cadre entièrement et la fourche", nous explique-t-il.

Pour sa production "made in Belgium", Nicolas travaille en partie avec des marques européennes. "Les roues sont belges, la partie pilotage, potence, cintre, tige de selle, c'est anglais. Les freins, y compris, c'est anglais. Ici, la fourche, c'est américain. Les supports bidon sont américains aussi. L'éclairage est allemand. Et la transmission qui est d'une firme américaine, mais qui fabrique en Asie."

Pour la transmission, par contre, il dépend également de productions asiatiques. Par conséquent, Nicolas Noble est, lui aussi, ralenti dans son travail. Chez lui aussi, certaines commandes sont en attente.

N’est-il pas possible de fabriquer des vélos proches de chez nous ?

 

La société Moustache a une volonté affirmée: monter ses vélos en France: "Dès qu’on peut avoir une source de composants chez nous ou en Europe on le fait !", nous dit Clément Bonneau, Marketing Moustache Bikes.

Dès qu’on peut avoir une source de composants chez nous ou en Europe, on le fait !

Une relocalisation de la production ne serait pas une utopie, mais elle demandera des moyens financiers et le retour d’un savoir-faire. C’est déjà le cas avec des cadreurs taïwanais qui envisagent de se réimplanter en Europe.

C'est ainsi qu'on pourra amener des spécialistes qui expliqueront la méthodologie, et ainsi réapprendre un métier qui a disparu depuis très longtemps en Europe.

Fabriquer un vélo totalement en Europe prendra encore du temps une volonté qui pourrait s’affirmer sur le long terme.


Retrouvez "On n’est pas des pigeons" du lundi au vendredi à 18h30 sur la Une et en replay sur Auvio.

Pour plus de contenus inédits, rendez-vous sur notre page Facebook.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous