Regions

Accueillir et accompagner les nouveaux enseignants pour éviter l'exode : un exemple à Bruxelles

L'athénée Bruxelles 2 accueille et accompagne les nouveaux enseignants. En espérant les conserver.

© Philippe Carlot

05 oct. 2022 à 12:14Temps de lecture2 min
Par Philippe Carlot

Connaissez-vous le Gaape? Si vous n'êtes pas enseignant, aucune chance que vous sachiez qu'il s'agit d'un groupe d'accueil et d'accompagnement des professeurs entrants. C'est une sorte de mentorat au sein des établissements scolaires. 

Un turn-over inquiétant

Cette initiative de l'administration WBE (Wallonie-Bruxelles Enseignement) tente de répondre à un constat douloureux : les nouveaux enseignants sont 30 à 40% à quitter la profession après 5 ans. Plusieurs facteurs expliquent ce désamour. L'absence de processus d'accueil et d'accompagnement des nouveaux professeurs est l'un d'entre eux. Il est source de stress, d'anxiété, de désorientation. 

Pour y remédier, WBE forme donc des enseignants, sur base volontaire, pour constituer un Gaape au sein de chaque établissement. Pour autant, toutes les écoles n'en disposent pas, quand bien même une circulaire ministérielle les prévoit. A l'athénée Bruxelles 2, à Laeken, au coeur d'un quartier défavorisé, quatre enseignants chevronnés forment cette structure voulue et soutenue par la direction. 

Une visite à Bruxelles 2

En cette journée mondiale des enseignants, Kalvin Soiresse, député Ecolo à la Région bruxelloise et au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a souhaité visiter l'athénée laekenois et rencontrer les membres du Gaape. Nous l'avons donc accompagné dans sa visite. Hajar Hamouh est professeure de CPC. Elle est arrivée dans l'école lors de la rentrée scolaire précédente, à peine sortie des études. Elle n'a qu'à se féliciter de l'accueil reçu. 

"J'ai été accueillie par un référent. Nous nous sommes rencontrés le vendredi précédent la rentrée pour m'aider à m'orienter dans l'école, la visiter, parce que c'est quand même une des premières priorités. Au fur et à mesure, durant les semaines et les mois qui ont suivi, il venait vers moi pour me demander si tout se passait bien par rapport aux élèves, par rapport aux cours, si j'avais besoin d'aide. J'ai aussi été mise en contact avec mes collègues du degré supérieur. Donc j'ai eu un suivi du début jusqu'à aujourd'hui, si nécessaire."

Ecolo propose son plan "tandem"

Le Gaape ressemble un peu à ce qu'Ecolo propose pour répondre (en partie) à la pénurie d'enseignants et à l'important exode des premières années. "C'est le plan Tandem, c'est-à-dire le partage de travail entre les générations", développe Kalvin Soiresse. "On a des enseignants et enseignantes chevronné.e.s, expérimenté.e.s qui, en fin de carrière, sont fatigué.e.s et on a une explosion des demandes de pension anticipée. Nous pensons que réduire l'horaire des anciens pour leur permettre d'accompagner les nouveaux dans leur travail sur l'année permettra de maintenir les enseignants dans le métier (...)"

Parmi les souhaits formulés par les référents de Bruxelles 2 figure l'organisation de la formation en tournante entre la Wallonie et Bruxelles, aucune de leurs séances ne s'étant déroulées dans la capitale, ce qui peut peut constituer un frein pour certains Bruxellois. Ils aimeraient également bénéficier d'une formation plus poussée - deux jours, ce n'est pas assez - et déplorent que de nombreuses affectations de nouveaux professeurs s'effectuent en octobre, quand les cours ont débuté et qu'ils doivent, selon leurs mots, "courir à droite à gauche" sans plus guère avoir le temps de se consacrer à l'accueil des nouveaux collègues. Des desideratas que Kalvin Soiresse s'est engagé à répercuter auprès de la Ministre de l'Enseignement, Caroline Désir. 

 

Sur le même sujet : Extrait JT (27/09/2022)

Sur le même sujet

Pool de remplaçants, ancienneté… de nouvelles mesures approuvées pour contrer la pénurie d’enseignants en Fédération Wallonie-Bruxelles

Education

13.000 profs "grognons" manifestent à Namur

Belgique

Articles recommandés pour vous