RTBFPasser au contenu
Rechercher

La Grande Forme

Accoucher dans l’eau : que faut-il savoir si on veut se lancer ?

Accouchement dans l’eau

Accoucher dans l’eau, ça vous parle ? De plus en plus de gynécologues et sages-femmes se forment à cette pratique, qui a de nombreux avantages pour la maman. Le point avec Aline Schoentjes, sage-femme et cofondatrice d’Amala, espace naissance.

Lors de l'accouchement, faire une partie du travail dans l'eau semble aujourd'hui presque acquis. Mais il reste encore beaucoup de stéréotypes, de méconnaissance et d'inquiétudes sur le fait d'accoucher réellement dans l'eau. Aline Schoentjes, sage-femme chez Amala, nous éclaire à ce sujet.

L’accouchement dans l’eau consiste à accoucher dans le milieu aquatique. On distingue cependant deux situations :

  • Le travail dans l'eau : la future maman fait seulement une partie du travail dans l’eau. La future maman peut y effectuer une partie de son travail, mais elle en sortira au moment de la poussée et de la naissance du bébé.
  • L'accouchement dans l'eau : la future maman vit son accouchement dans l’eau de A à Z. Ce cas de figure est beaucoup moins fréquent.

En Belgique, dans de nombreux hôpitaux, on propose aux femmes de procéder au travail dans l’eau. Pour accoucher par contre, la maman doit sortir de l’eau. Concrètement, l’accouchement dans l’eau en Belgique n’est pas fréquent contrairement à d’autres pays comme l’Angleterre, où c’est recommandé.

Pour ce type d'accouchement, il faut que la grossesse soit menée à terme (entre 37 et 42 semaines). Que le bébé et la maman soient en bonne santé, qu’il n’y ait pas eu de complication durant la grossesse. Il est déconseillé d’accoucher dans l’eau pour les mamans en surcharge pondérale (si urgence il y a, ce serait plus compliqué de sortir la maman rapidement de l'eau). Enfin, il ne faut pas d'antécédents de césarienne.

En Belgique, il n’y a pas beaucoup de données chiffrées concernant le nombre d’accouchement dans l’eau. Ce que l’on sait, c’est que ce n’est pas fréquent. De nombreux hôpitaux refusent cette pratique par peur d’infection, de noyade, ou d’hémorragie. "Mais généralement, ces peurs sont infondées si la maman est en bonne santé" explique Aline Schoentjes. De plus en plus de gynécologues et de sages-femmes se forment à cette pratique, et il y a une évolution des mentalités.

Accoucher dans l'eau, ça vous parle ?

La Grande Forme

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

"La plupart des femmes imaginent que l’accouchement classique, c’est l’accouchement couché sur le dos, les pieds dans les étriers et avec une péridurale. Mais ce n’est pas un accouchement physiologique" explique Aline Schoentjes.

Quand on compare l’accouchement dans l’eau et l’accouchement "classique", il n’y a pas énormément de différence. Quand la maman est en bonne santé, il y a même plusieurs avantages à accoucher dans l’eau.

Avantages

  • Les hémorragies sont moindres ;

  • On constate moins de ré-hospitalisations après ;
  • Moins de déchirures graves du périnée ;
  • Améliore la circulation sanguine de la maman et du bébé, car l’eau fait une pression sur le corps et stimule la circulation ;
  • Allège la maman de son poids de 30%, donc les muscles fonctionnent mieux ;
  • La maman se sent plus libre de ses mouvements

Conditions à respecter

Pour le confort de la femme, il y a certaines conditions qui doivent être respectées. L’eau doit être à bonne température, ni trop chaude ni trop froid. Généralement elle va se situer entre 34 et 37 degrés. Il faut par ailleurs, que l’eau soit bien entretenue, pour éviter les microbes et virus. L’hygiène est très importante. La baignoire doit être suffisamment grande et profonde pour que la maman puisse bouger et être libre de ses mouvements. "Et surtout, le personnel et la maman doivent se sentir en sécurité, dans une ambiance favorable", conclut Aline Schoentjes.

Retrouvez "La Grande Forme" en direct du lundi au vendredi de 13 heures à 14h30 sur VivaCité. Vous avez manqué l’émission ? Nous vous invitons à la revoir sur Auvio ainsi que sur différentes plateformes de Podcast.

Loading...

Sur le même sujet

Les maux de dos : 8 Belges sur 10 sont concernés !

La Grande Forme

Recycler vos cheveux pour leur donner une nouvelle vie ? C'est possible !

La Grande Forme

Articles recommandés pour vous