Littérature

Abolir les pénalités de retard : le nouveau pari des bibliothèques pour attirer les lecteurs

Photographie Popartic / Getty Images ©

29 oct. 2022 à 08:00Temps de lecture2 min
Par AFP

Chaque année, de nombreux lecteurs "oublient" de rendre l’un des livres qu’ils ont empruntés à la bibliothèque. Une maladresse qui plonge certains établissements publics dans l’embarras. Les bibliothèques de Peterborough ont décidé de réagir face à l’ampleur de ce phénomène, en mettant fin à leur système d’amendes.

Les bibliothèques de la ville britannique décrivent ce projet comme une "amnistie littéraire". Elles n’infligeront ainsi pas d’amende à quiconque viendra rendre des livres en retard, et effaceront l’ardoise de dettes des fautifs pour qu’ils puissent continuer à bénéficier de leurs services. Attention toutefois : les lecteurs tête en l’air (ou souffrant de phobie administrative) ont uniquement jusqu’à la mi-novembre pour montrer patte blanche.

Cette suppression momentanée des frais de retard a pour but de permettre à ces établissements de lecture de récupérer quelques-uns des 22.000 ouvrages qui ont disparu de leurs rayons au fil des années, à cause de leurs usagers.

Mais Firzana Shaheen, responsable des services des bibliothèques de Peterborough, voit aussi cette initiative comme une façon de booster la fréquentation de ces lieux de savoir. "Après la pandémie, le nombre d’utilisateurs de nos bibliothèques a considérablement diminué, en partie parce que les gens craignaient de devoir de l’argent au service des bibliothèques", a-t-elle déclaré dans un communiqué. "Dans le climat actuel, nous savons à quel point les gens sont en difficulté et nous ne voulons pas contribuer à cette pression, mais nous voulons que nos clients reviennent nous voir".

Plus de 21.000 rendus à New York

Cette approche a déjà porté ses fruits dans de nombreuses villes américaines, comme Nashville, Chicago, Dallas, San Francisco et plus récemment New York. Les bibliothèques publiques de la Grosse Pomme ont annoncé en octobre qu’elles supprimaient les pénalités de retard infligées à leurs visiteurs, mettant ainsi fin à un système vieux de plusieurs siècles. Objectif : faire revenir les livres et les gens dans les quelque 200 succursales de la New York City Library, ainsi que dans les centres de recherche de la ville.

Et ça a marché. Plus de 21.000 livres perdus ou empruntés de façon très, très prolongée ont retrouvé les rayons des bibliothèques de Manhattan, de Staten Island et du Bronx, selon le New York Times. Certains étaient si vieux qu’ils ne figuraient plus dans le système de gestion des bibliothèques.

La tendance est également à l’abolition des pénalités de retard en bibliothèques au Québec et au Royaume-Uni. En France, le phénomène est plus variable. La ville de Lyon a abrogé le système des pénalités en 2012, au profit d’un système de frais de dossiers forfaitaires. Le lecteur en faute ne paie aucun frais du 1er au 14e jour de retard, mais il devra s’acquitter de 2 euros du 15e au 27e jour de retard. A cela s’ajoutent 3 euros supplémentaires à partir du 28e jour. Certaines catégories d’usagers sont exonérées du paiement des frais de dossiers, comme les jeunes de moins de 11 ans.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous