Le Journal des Festivals

A Salzbourg, Cecilia Bartoli toujours aussi éblouissante dans le Barbier de Séville, 33 ans après sa première Rosine

Le journal des festivals

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Durant tout l’été, Nicolas Blanmont sillonne l’Europe et les plus grands festivals d’opéra internationaux. De passage à Salzbourg, il nous parle d’une des productions de cet été, le Barbier de Séville de Mozart, avec une Cecilia Bartoli toujours aussi resplendissante en Rosine.

En cette année 2022, retour à la normale pour l’un des plus grands festivals de musique classique européens, qui avait tout de même résisté en temps de pandémie avec des éditions beaucoup plus réduites. Et cette édition 2022 du Festival de Salzbourg présente de très nombreuses et intéressantes productions. Le Festival de Salzbourg réunit à la fois des opéras, mais aussi des concerts et du théâtre, faisant de lui le plus grand festival classique au monde en termes de spectateurs et de nombre de spectacles organisés.

Côté des opéras, le festival nous a proposé une reprise d’Aïda, dirigée par Alain Altinoglu, directeur musical de La Monnaie, une reprise de la Flûte enchantée, et dans les nouvelles productions, il y avait le Trittico de Puccini ou encore une nouvelle mise en scène de Romeo Castellucci, toujours très remarqué, avec le Château de Barbe-bleue de Bartok couplé à un Oratorio de Carl Orff, et puis il y a également eu le Barbier de Séville avec Cecilia Bartoli.

 

© (c) SF / Monika Rittershaus

Une production un peu particulière puisqu’elle voit la grande diva romaine dans le rôle de Rosine, un rôle que Cecilia Bartoli a tenu pour la première fois dans un enregistrement du Barbier en 1989. 33 ans plus tard, Cecilia Bartoli est toujours là dans le rôle de Rosine, avec toujours les moyens vocaux pour ce rôle. "Et c’est ça qui est épatant" nous dit Nicolas Blanmont, qui continue en nuançant quelque peu : "On peut dire que la voix s’est un petit peu alourdie et que, à certains endroits, le chef ralentit un peu les tempi pour facilité quelques vocalises, mais cela reste éblouissant. L’intonation est parfaite, c’est techniquement remarquable et elle reste une excellente comédienne."

Sur le même sujet

Cecilia Bartoli nommée à la présidence d’Europa Nostra, fédération européenne du patrimoine culturel

Journal du classique

Bozar : Cecilia Bartoli ouvre un mois de décembre riche en événements musicaux

Journal du classique

Articles recommandés pour vous