RTBFPasser au contenu
Rechercher

Regions Liège

A Liège, la communauté ukrainienne est inquiète pour ses proches sur place: "Ma famille se prépare pour le pire"

Michel Halyckyj est retraité. Il a 76 ans et a toujours vécu en Belgique, mais il a gardé des contacts avec des membres de sa famille sur place.
25 févr. 2022 à 10:33Temps de lecture1 min
Par Martial Giot avec C. Adam

Deuxième jour d'invasion de l'Ukraine de la part des Russes. Cette nuit, des explosions ont été entendues dans le centre de la capitale. Kiev a été la cible de missiles. L'armée de Vladimir Poutine se rapproche. Sur place, c'est la panique et la mobilisation.

Cette situation très tendue inquiète le monde entier, et en particulier les Ukrainiens qui vivent à l'étranger et qui suivent les événements de loin. C'est le cas à Liège, notamment, où vit une petite communauté ukrainienne.

Nous avons rencontré Michel Halyckyj. Ce retraité de 76 ans a toujours vécu en Belgique, mais il a gardé des contacts avec des membres de sa famille sur place. "Voilà déjà une semaine qu'on me téléphone tout le temps" témoigne-t-il. "Tout le monde a peur. Pour l'instant, tout les gens que je connais de la famille qui vivent en ville comme à Kiev quittent la ville et vont dans les villages. Les Russes veulent ruiner toutes les villes. Ce sont des sauvages. Je suis très inquiet pour ma famille sur place" confie-t-il, les larmes aux yeux. "C'est de la famille de la troisième, quatrième, cinquième, peut-être de la sixième génération. Mais pour moi, c'est ma famille."

On n'a rien appris de l'histoire

Vitaliy Yeremitsa est un ancien journaliste, aujourd'hui professeur d'Anglais à l'Institut des langues modernes de Liège. Lui aussi est très inquiet: "Ma famille se prépare pour le pire. Il n'y a pas vraiment de bombardement dans ma ville natale, située en Ukraine de l'ouest, mais ce n'est que le début de l'invasion. Je n'arrive pas à savoir comment apporter de l'aide à mon peuple parce que je suis ici en Belgique. Je me rends compte de plus en plus qu'on n'a rien appris de l'histoire. L'agresseur, j'ai le sentiment qu'un jour il va frapper dans la porte des pays européens. Il ne va pas s'arrêter là. Apparemment, ce qui se passe dans sa tête, c'est vraiment reconstruire l'empire russe, reconstruire l'Union soviétique."

A noter que dans plusieurs ville d'Europe, des milliers de personnes ont manifesté leur soutien à l'Ukraine hier soir. C'était le cas à Bruxelles. Mais aussi à Paris ou encore à Berlin.

Articles recommandés pour vous