RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde Europe

A la veille des fêtes, les pays européens tentent de freiner Omicron. Petit tour d’Europe des mesures anti-coronavirus

Magasins non-essentiels, restaurants, bars fermés. Les Pays-Bas sont confinés pour freiner Omicron.
22 déc. 2021 à 12:48 - mise à jour 22 déc. 2021 à 16:32Temps de lecture3 min
Par Sandro Calderon

"Nous pouvons voir une autre tempête approcher ". L’avertissement lancé ce mardi 21 décembre par le Dr Hans Kluge, le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour l’Europe, est clair : "Omicron devient, ou est déjà devenu, dominant dans plusieurs pays" du continent. C’est le cas au Danemark, en Espagne, au Portugal et au Royaume-Uni.

Face à cette souche très contagieuse (selon des chercheurs de l’Université de Bâle, en Suisse, le taux de transmission d’Omicron est presque trois fois plus élevé que celui du variant Delta), et alors que la période des fêtes de fin d’année est propice aux rassemblements, plusieurs gouvernements européens prennent des mesures sanitaires supplémentaires pour freiner une cinquième vague de coronavirus.

Les Pays-Bas confinés

La réponse la plus radicale a été prise aux Pays-Bas. Depuis ce dimanche, le pays est à nouveau confiné. Tous les magasins non-essentiels, restaurants, bars, cinémas, musées et théâtres ont fermé leurs portes jusqu’au 14 janvier et les écoles au moins jusqu’au 9 janvier. Le nombre des invités que les gens sont autorisés à recevoir chez eux est réduit à deux, sauf pour Noël et pour la période du Nouvel An, où il sera de quatre. A l’extérieur, seuls les rassemblements de deux personnes sont autorisés, sauf exceptions comme les enterrements.

En Allemagne, toutes les compétitions sportives, y compris les matchs de football, se dérouleront à huis clos dans tout le pays.
En Allemagne, toutes les compétitions sportives, y compris les matchs de football, se dérouleront à huis clos dans tout le pays. Photo by Ronny Hartmann / AFP

De nouvelles restrictions ont été annoncées ce mardi 21 décembre en Allemagne"le nombre des infections va massivement augmenter dans les semaines à venir", selon les prévisions du chancelier Olaf Scholz. Les contacts, même entre personnes vaccinées, seront limités à un maximum de dix invités pour les fêtes du Nouvel An. Pour les non-vaccinés, la limite tombe à deux invités, maximum. Les clubs et les discothèques resteront fermés. Les compétitions sportives, en particulier les matchs de football, se dérouleront à huis clos à partir du 28 décembre.

Plus au nord, les pays scandinaves aussi resserrent la vis. La Suède va instaurer une série de mesures, allant du télétravail à une utilisation élargie du pass vaccinal. En Finlande, les bars devront fermer à 21h00 la veille de Noël. Fin de semaine dernière déjà, le Danemark avait décidé de fermer théâtres, cinémas et salles de concerts.

La France mise d’abord sur la vaccination

En France, le variant Omicron représente actuellement entre 20% et 30% des nouvelles contaminations. Il devrait devenir majoritaire entre Noël et Nouvel An. En cas de "reprise très forte de l’épidémie", les autorités n’excluent pas d’aller au-delà des mesures de restriction supplémentaires prises dernièrement, comme la fermeture des discothèques et l’interdiction des grands rassemblements le 31 décembre. Face à l’avancée d’Omicron, le gouvernement français privilégie la vaccination. Pour se faire, il veut accélérer la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal plus vite que prévu. Il pourrait entrer en vigueur dans la première quinzaine du mois de janvier.

Le gouvernement français veut transformer le pass sanitaire en pass vaccinal.
Le gouvernement français veut transformer le pass sanitaire en pass vaccinal. Photo by Christophe SIMON / AFP

Le sud également

Dans le sud de l’Europe, de nouvelles restrictions seront appliquées la semaine prochaine au Portugal. Le télétravail deviendra obligatoire pendant quinze jours et les bars et discothèques seront fermés. Des limites à la fréquentation des commerces seront rétablies et la présentation d’un test deviendra obligatoire pour assister à un spectacle ou à un évènement sportif, de même que pour aller au restaurant à la veille de Noël ou du jour de l’An. Et pour les touristes qui veulent se rendre au Portugal, un test négatif est exigé, y compris pour les ressortissants européens vaccinés.

En Espagne le gouvernement central organise ce mercredi 22 décembre une réunion extraordinaire avec les présidents des régions, compétentes en matière de santé, pour envisager de mesures supplémentaires. La Catalogne n’a pas attendu et a demandé à la justice l’autorisation d’imposer un couvre-feu entre 01h00 et 06h00 du matin et la fermeture des discothèques à partir de la nuit de jeudi à vendredi. L’Espagne a enregistré près de 50 mille nouveaux cas de Covid ce mardi 21 décembre, un chiffre jamais atteint depuis le début de la pandémie. Le variant Omicron est en passe d’y devenir majoritaire.

 

En Angleterre, le Premier ministre Boris Johnson a promis de n’imposer aucune mesure supplémentaire avant Noël.
En Angleterre, le Premier ministre Boris Johnson a promis de n’imposer aucune mesure supplémentaire avant Noël. Photo by Tolga Akmen / AFP

Les Britanniques en ordre dispersé

Enfin, au Royaume-Uni, le Premier ministre Boris Johnson a répété ce mardi 21 décembre sa promesse qu’il n’y aurait pas de nouvelles restrictions sanitaires avant Noël en Angleterre. Il a cependant averti que la "situation restait très délicate" et a laissé la porte ouverte à de mesures supplémentaires la semaine prochaine. En attendant, malgré la flambée des cas d’Omicron, le gouvernement britannique a décidé d’assouplir les règles d’isolement pour les personnes vaccinées afin que plus d’Anglais puissent passer Noël en famille. De son côté, l’Ecosse, qui décide seule sa politique sanitaire, a déjà annoncé des limitations sur les rassemblements après Noël et l’annulation des traditionnelles festivités du Nouvel An.

Sur le même sujet

Au Nouvel An, on s’embrasse sous le gui : d’où provient cette tradition ?

Des premières données au Royaume-Uni montrent un risque d’hospitalisation bien moins élevé avec Omicron qu’avec Delta

Articles recommandés pour vous